• Bernard Laporte lors de l’Agora des clubs à Perpignan. Photo M.O. - DP.
    Bernard Laporte lors de l’Agora des clubs à Perpignan. Photo M.O. - DP.
Publié le / Modifié le
XV de France

FFR : Sous haute tension

De jeudi à samedi midi se déroule le congrès annuel de la FFR à Nantes. L’occasion de fêter le centenaire de la Fédération. Seulement, ce rendez-vous s’annonce aussi électrique en raison du clash lors du dernier bureau fédéral entre Bernard Laporte et une partie de ses équipes. Mais aussi parce que l’opposition, qui dévoilera mardi sa tête de liste, se met en ordre de marche.

La musique adoucit les mœurs, paraît-il. Peut-être est-ce pour cette raison que les dirigeants de la FFR ont pris l’initiative de solliciter Yannick Noah afin que ce dernier donne un concert vendredi soir prochain au cours de la Bodega des clubs, qui se déroulera dans le cadre atypique des Machines de l’Ile, un parc d’attractions nantais.

Ce rendez-vous est devenu un moment incontournable du Congrès de la FFR depuis l’avènement de Bernard Laporte à la tête de l’institution. Cet instant de convivialité, rythmé par les mélodies de l’ancien tennisman, parviendra-t-il à apaiser les tensions aperçues ces dernières semaines ? La question s’impose.

Dans notre édition de lundi dernier, nous vous révélions le clash qui s’est déroulé lors du dernier bureau fédéral, marquant une rupture entre le président de la FFR et plusieurs membres de son équipe. Ce jour-là, le secrétaire général avait tout simplement, sur le coup de la colère, annoncé sa démission, celle du vice-président du rugby amateur Thierry Murie marquant le point de départ d’un conflit interne.

À tel point que la rumeur d’une éventuelle démission de Bernard Laporte avait circulé au Stade de France au soir de la finale de Top 14. Ambiance. Interrogé sur le sujet, Laporte avait alors démenti, déclarant : «J’irai au bout de mon mandat, et je me représenterai certainement avec une équipe renouvelée dans ces grandes largeurs.» Depuis, les grandes manœuvres semblent avoir débuté.

Serge Simon, Jacques Brunel et Bernard Laporte
Serge Simon, Jacques Brunel et Bernard Laporte - Icon Sport

Ironie du sort, l’apparition de ces tensions se conjugue avec une opposition qui se met en ordre de marche. Ce lundi, autour de Florian Grill président de la Ligue Ile-de-France et élu du comité directeur de la FFR, le groupe de travail, qui œuvre depuis plusieurs mois pour proposer une alternative à Bernard Laporte lors des prochaines élections prévues en décembre 2020, se réunit afin de désigner la personnalité qui prendra la tête de liste.

Ce ne sera pas Marc Lièvremont qui s’est retiré dernièrement en raison de profondes divergences avec Serge Blanco et Jean-Claude Skréla. «Je ne suis pas certain qu’il ne revienne pas un jour dans l’affaire pour porter des choses, a pourtant déclaré sur RMC Fabien Pelous, membre de l’opposition. Je suis persuadé qu’il a beaucoup à dire et à porter dans ce groupe-là […] Je pense que l’histoire de Marc n’est pas encore terminée.» Une déclaration qui a semé le doute. Seulement, Marc Lièvremont nous a confié durant le week-end : "Il est totalement exclu que je change d’avis."

La Fédération en quête d’un nouveau partenariat

Aussi, une conférence de presse officialisera ce mardi, au siège du Puc, au stade Charléty à Paris, le nom de la tête de liste mais selon toute vraisemblance Florian Grill devrait être celle-là.

Par-delà, les guerres intestines qui se jouent dans les deux camps, le congrès du centenaire de la Fédération a de multiples enjeux. D’abord, sur le plan financier. Souvenez-vous. L’an passé, la FFR avait eu à s’expliquer sur un déficit de 7,35 millions d’euros sur l’exercice 2017-2018. Un résultat net lié «aux événements exceptionnels», avait alors justifié le trésorier Alexandre Martinez. Qu’en sera-t-il cette année ? L’interrogation est légitime en raison du retrait de BMW, partenaire majeur, avant l’échéance de son contrat. Le constructeur automobile allemand a versé environ 500 000 euros de bonus à la FFR pour pouvoir se désengager alors que le contrat courait encore sur 18 mois.

Le logo de la FFR
Le logo de la FFR - Icon Sport

C’est aussi un manque à gagner de 4,5 millions d’euros par an pour la FFR qui s’est mise en quête d’un nouveau partenariat. Des discussions seraient en cours avec Hyundai mais rien n’est finalisé. Par ailleurs, la baisse significative des affluences lors de la dernière tournée de novembre devrait aussi avoir un impact sur le budget fédéral. Tout comme l’augmentation de la prime d’assurance de la part de la GMF de l’ordre de 44 %.

La baisse des licenciés, que la FFR tente d’enrayer par diverses actions, devrait aussi s’inviter dans les débats. Le congrès du centenaire, entre guerre des ego et sujets politiques majeures, s’annonce donc probablement animé, sûrement tendu. Heureusement, Yannick Noah sera présent. Peut-être chantera-t-il l’un de ses succès, "la voix des sages".

Sur le même sujet
Réagir