• Top 14 - Sekou Macalou (Stade français)
    Top 14 - Sekou Macalou (Stade français)
Publié le / Modifié le
Top 14

Revue de l'élite (Troisième ligne ailes) - #1 Sekou Macalou : le guerrier hybride

Aussi à l’aise dans les airs qu’à la course le long de la ligne, à la fois puissant et véloce, le très polyvalent sekou macalou s’impose comme l’actuel meilleur numéro 7 du rugby français. Le prodige de Sarcelles doit maintenant garder le niveau qui est le sien et un grand avenir se profile devant lui.

Le roi des "avants-aile", c’est lui ! À 23 ans, Sekou Macalou, numéro 7 du Stade français, sort d’une saison absolument canon avec son club. Le diamant brut, formé à Sarcelles puis patiemment poli à Massy, brille désormais de mille feux sous le maillot des Soldats roses, qu’il porte depuis quatre saisons. Si ses débuts - âge oblige - furent parcimonieux, Macalou s’est imposé au fil du temps comme un titulaire indiscutable de l’effectif parisien au point de devenir l’un des hommes de base de l’ère Meyer. Sur les 24 rencontres de la phase régulière du championnat, le très rigoureux manager sud-africain du Stade français a convoqué la perle de Sarcelles à 23 reprises. Pour autant de titularisations. Le joueur n’a jamais déçu, faisant exploser aux yeux du monde du rugby ses énormes qualités physiques, qui font de lui un être hybride, perdu entre le plus puissant des trois-quarts et le plus félin des avants. Ainsi, il suffit de le voir poser ses premiers appuis pour comprendre qu’il sera très difficile de le récupérer à la course. Il suffit de le voir s’élever dans les airs pour comprendre qu’il ne laissera que des miettes à l’alignement adverse. Les impressions ne trompent pas. Les chiffres confirment. Aux tests physiques, Sekou est toujours le meilleur. Le meilleur preneur de balles en touche de l’alignement parisien, le meilleur plaqueur (seul Denis Marchois, le deuxième ligne agenais, fait mieux en 2018-2019), le meilleur marqueur d’essais du pack (avec huit réalisations, il a fait mieux que la plupart des trois-quarts, aussi). Alors oui, Sekou se perd parfois, un peu à la limite, et commet des fautes. L’indiscipline est son plus gros défaut puisqu’il figure dans le top 3 des hommes les plus sanctionnés du championnat, ayant au passage récolté trois cartons jaunes et un rouge. Pas glorieux, mais compte tenu de son activité cela peut s’excuser ! Visiblement, Heyneke Meyer ne lui en tient pas vraiment rigueur…

L’équipe de France ? Toujours pas !

Au vu de sa saison et de ses lignes statistiques, l’absence de Sekou Macalou dans la liste des 38 joueurs appelés à préparer la Coupe du monde interpelle. L’homme paie sans doute là son comportement. Flashback : en 2018, le flanker parisien faisait partie des fêtards d’Edimbourg ; ces hommes ayant esquivé la surveillance du sélectionneur pour rejoindre la nuit écossaise, après une défaite du XV de France à Murrayfield. S’en était suivi un mini scandale. Une plainte avait été déposée par une jeune fille, avant d’être retirée quelques heures plus tard. Lorsque la police écossaise débarqua dans l’avion des Bleus, à l’aéroport d’Edimbourg, Macalou fut confondu par les bobbies avec Yacouba Camara. On dit que sur le coup, le flanker parisien n’avertit pas les "policemen" de leur méprise et que depuis, le groupe France lui en veut, ce qui expliquerait en partie sa mise à l’écart.

Cette "erreur de jeunesse" prive le jeune flanker d’une belle expérience au pays du Soleil levant. Et le XV de France d’un magnifique joueur…

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir