Publié le / Modifié le
Préparation Coupe du monde

Physique : la chasse aux kilos

Il y avait encore quelques mois la préparation physique d’une équipe de rugby passait par une indispensable prise de masse, avec de longues séances en salle de musculation à pousser de la fonte.

Plus les joueurs prenaient des kilos, plus les entraîneurs étaient satisfaits, certains de pouvoir s’appuyer sur la puissance pour faire voler en éclats les défenses adverses. En apercevant les Bleus à Oliva Nova, il ne fallait pas être un expert pour se rendre compte que ce temps-là était révolu. Pour le meilleur a-t-on envie d’ajouter. La vitesse étant la nouvelle arme offensive, les Tricolores se sont entraînés en conséquence. Les balances peuvent remercier Thibault Giroud et l’ensemble des préparateurs physiques puisque les pertes de poids ont été significatives. Pour exemple, Romain Taofifenua, pourtant arrivé en cours de préparation, a déjà dit au revoir à six kilos. Le Clermontois Arthur Iturria a aussi pu constater une baisse : "Depuis le début, pas mal de kilos sont tombés, en raison de la chaleur et de l’intensité des entraînements. C’était le but du staff d’essayer de nous rendre un peu plus fit, c’est le mot à la mode, et perdre un peu de poids pour être mieux dans le déplacement."

Affinés

Tous n’ont pas vu leur transformation physique se concrétiser en chiffre. À l’image du deuxième ligne Sébastien Vahaamahina : "Je suis toujours à 120 kilos mais c’est visuellement que ça change (rires)." Le troisième ligne Charles Ollivon est aussi de cet avis : "Je n’ai perdu qu’un seul kilo mais nous nous sommes tous affinés. Les visages se sont creusés, mais c’est normal vu les charges de travail." Un allégement dont les effets sont visibles sur le terrain. De l’extérieur, cela ne faisait aucun doute même si Iturria restait prudent : "Même si on a perdu des kilos, on verra les effets bénéfiques un peu plus tard mais pour l’instant, c’est dur.

Sur le même sujet
Réagir