• XV de France - Le 2 septembre, il sera l’heure pour le sélectionneur Jacques Brunel d’annoncer le groupe des 31 qui s’envoleront pour le Japon.
    XV de France - Le 2 septembre, il sera l’heure pour le sélectionneur Jacques Brunel d’annoncer le groupe des 31 qui s’envoleront pour le Japon. Midi Olympique / Patrick Derewiany / Midi Olympique / Patrick Derewiany
Publié le / Modifié le
XV de France

Les 31 se précisent

Les deux premiers matchs, autant dans le contenu que dans les choix du sélectionneur, ont livré leurs premiers verdicts. Par rapport à la première (31+6) annoncée le 18 juin, les modifications devraient être limitées. Le troisième ligne toulonnais Charles Ollivon devrait en être le grand gagnant.

Officiellement, c’est le 2 septembre que Jacques Brunel annoncera le groupe des 31 joueurs (et donc les 6 recalés) pour un départ le 7 septembre vers Tokyo où débutera, dans moins d’un mois, la Coupe du monde au Japon. Pour l’occasion, le sélectionneur aura les honneurs de JT de 20 heures de TF1. Ce n’est pas rien. Qu’en attendre, sur les noms qui seront égrainés dans la bouche du Gersois ? Pour l’heure, Brunel joue la montre. « Je vous laisse écrire. Je garde le reste pour moi… » lâchait-il encore ce samedi, dans un sourire. Derrière ces mots de secret, un groupe se dessine pourtant. Et les incertitudes, après deux matchs, se réduisent.

Ollivon au Japon ? « En interne, c’est un secret de Polichinelle »

Il y a d’abord ce que les deux premiers matchs de préparation ont livré comme enseignements. La composition d’équipe de Nice, la première de l’été, avait fait de la place à deux réservistes : Charles Ollivon et François Cros. Le premier avait d’ailleurs gardé sa place, samedi en écosse. Est-il un partant certain pour le Japon ? « En interne, c’est un secret de polichinelle. Même s’il n’y a rien de dit officiellement, tout le monde a bien compris que Charles a de grandes chances d’en être » confie un membre de la délégation française. Une ascension express, de réserviste à titulaire, où Ollivon coche un grand nombre de cases — sa taille pour la touche, sa qualité dans les déplacements, sa puissance sur la ligne d’avantage. Reste que, si le Toulonnais s’envole bien pour Tokyo, il faudra nécessairement qu’un autre joueur en fasse les frais, à son poste, parmi les 31 actuels.

Tôt dans l’été, les bruits de couloir faisaient état d’une inversion avec Yacouba Camara, les premiers pas de préparation du Montpelliérain n’ayant que peu séduit le duo Galthié-Brunel. Cette piste a pris de l’épaisseur, avec les deux premières compositions d’équipe où Camara était d’abord hors du groupe, puis remplaçant. Une dernière inconnue complète cette équation en troisième ligne : Wenceslas Lauret est très apprécié de Jacques Brunel mais, blessé, il n’a toujours pas rejoué. Son retour est espéré pour vendredi, face à l’Italie. À surveiller.

Les autres surprises à attendre sont rares. En première ligne, le Toulousain Baille, pourtant non-retenu puis réserviste, à la suite de la blessure de Falgoux, semble aujourd’hui gagner en crédit aux yeux du staff. En deuxième ligne, il faudra suivre de près le remplacement du Parisien Gabrillagues, si son appel en commission de discipline échoue mardi. Derrière, le débat semble réglé : les réservistes actuels (Rattez, Belleau) devraient le rester. Sauf blessure, les joueurs figurant déjà sur la première liste verront le Japon.

Le groupe probable

AVANTS (17)

Poirot, Priso ou Baille, Guirado, Chat, Mauvaka, Slimani, Bamba, Setiano ; Le Roux, Lambey, Vahaamahina, Gabrillagues ou Taofifenua ou Cros ; Ollivon, Lauret, Iturria, Alldritt, Picamoles ;

ARRIÈRES (14)

Dupont, Machenaud, Serin, Lopez, Ntamack ; Fickou, Fofana, Vakatawa, Guitoune ; Penaud, Raka, Huget, Médard, Ramos.

Sur le même sujet
Réagir