• Rabah Slimani (France) lors d'un entraînement des Bleus
    Rabah Slimani (France) lors d'un entraînement des Bleus Patrick Derewiany / Midi Olympique / Patrick Derewiany / Midi Olympique
Publié le / Modifié le
Coupe du Monde

Slimani a rendez-vous

Ce samedi face à l'Argentine, Rabah Slimani, le pilier droit du XV de France, va retrouver Angus Gardner, un arbitre qui ne l'a pas épargné par le passé. Mais le Clermontois se veut confiant.

C'est une vieille connaissance. Une de celles que l'on n'est pas pressé de recroiser. En effet, le pilier droit du XV de France, Rabah Slimani, va retrouver Angus Gardner , l'arbitre qui sera au sifflet du premier match des Bleus face à l'Argentine ce samedi à Tokyo. L'Australien n'est pas vraiment un fan de l'ancien joueur du Stade français. Et lui a fait clairement savoir. C'était le 11 novembre 2017 face aux All Blacks. Il l'avait pénalisé trois fois avant de sortir un carton jaune. Un soir que Rabah Slimani n'est pas prêt d'oublier, lui qui avait été ensuite stigmatisé, à tel point que ses compétences sur la scène internationale avaient été remis en doute : « Je n'ai pas de problème avec les arbitres. A part une fois, où je me suis fait taper sur les doigts, sinon ça se passe bien. Ça peut arriver de me faire pénaliser. Je ne dis pas que je ne fais pas de fautes. Mais sur un match, se faire pénaliser plusieurs fois et prendre un carton jaune, c'est vexant. On est un peu en colère. Mais ça ne m'est pas arrivé beaucoup de fois et j'espère que ça ne se reproduira pas. Effectivement, c'est lui (Angus Gardner) qui m'a tapé sur les doigts. » Depuis, quelles sont les relations entre les deux hommes ? L'Australien et le Français ont-ils trouvé un terrain d'entente ? Rien n'est moins sûr. « Je ne l'ai plus jamais eu comme arbitre de champ », poursuit Slimani, « Une fois, il était juge de touche, et je me suis fait taper sur les doigts aussi. » Autant dire que l'Australien n'est pas un adepte de la position du droitier tricolore. Le pilier clermontois préfère relativiser à quelques jours du choc face à l'Argentine : « Maintenant, on verra samedi. Peut-être qu'il n'a rien contre moi. Je ne pense pas même pas à ça. J'essaie de passer au-dessus ça. J'ai continué à travailler et faire ce que je savais faire […] C'est un arbitre comme un autre. C'est un arbitre international qui officie en Coupe du monde. Je ne pense pas qu'il soit ici par hasard. » 

Les deux hommes ont néanmoins la chance de repartir sur une feuille vierge puisque tous les deux vont devoir s'adapter aux nouvelles directives de World Rugby sur les entrées en mêlée fermée. « C'est une petite adaptation, nuance néanmoins Slimani, Un petit changement comme il y en a chaque année. Ça ne change pas énormément. C'est une question de prise pour ne pas être en appui sur l'adversaire mais je pense qu'il y a une petite marge de tolérance de la part des arbitres. » En espérant que monsieur Gardner soit du même avis samedi car Rabah Slimani ne croit pas à la faiblesse des Argentins dans ce secteur de jeu malgré des dernières sorties inquiétantes : « Peut-être que pendant le rugby championship, ils n'étaient pas très en forme sur ce secteur-là, mais c'est un de leurs points forts donc ils ont dû beaucoup bosser et on s'attend à une grosse opposition. »

Midi-Olympique.fr
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir