• Gareth Thomas (Cardiff Blues) contre Toulouse
    Gareth Thomas (Cardiff Blues) contre Toulouse Romain Perrocheau / Icon Sport / Romain Perrocheau / Icon Sport / Romain Perrocheau / Icon Sport
Publié le / Modifié le
International

Le calvaire de Gareth Thomas

L’ancien international n’a pas avoué librement qu’il était porteur du virus VIH. Il s’est senti mis sous pression par la presse tabloïd.

Pauvre Gareth Thomas. Il a révélé la semaine passée qu’il était séropositif. Mais on a compris depuis que cette annonce a été faite sous la contrainte. L’ancien international gallois, passé par Toulouse, a assumé sa maladie juste avant de se tester sur un Ironman qu’il a terminé en douze heures sous les vivats de la foule avec des hommages de diverses personnalités dont les princes William et Henry. Sam Warburton aussi y est allé de son soutien en expliquant que Gareth Thomas avait « sauvé des vies » et qu’il était un modèle à suivre pour les personnes en manque de confiance.

Mais on a vite appris qu’il avait révélé qu’il était porteur du VIH, totalement contre son gré et qu’il ne l’aurait sûrement pas fait s’il n’avait pas compris que la presse tabloïd s’apprêtait à publier cette information. « Ils veulent créer leur propre loi. J’ai voulu leur envoyer une lettre. Ils l’ont ignoré. Et je n’ai pas assez d’argent pour me lancer dans un procès contre eux. »
Il a aussi expliqué qu’un reporter d’un quotidien à sensation ait appris à ses parents sa séropositivté avant que lui-même ne le fasse. « Ils m’ont privé de ce droit pour toujours. »

Cette affaire a relancé le débat sur les limites de la liberté de la presse presque absolue selon la loi britannique. « Je pense qu’il n’y a aucun intérêt public à mettre les gens sous pression de la sorte », a expliqué Damian Hill, parlementaire connu et
président de la commission des médias à la Chambre des Communes.

Angela Phillips, professeur d’histoire du journalisme à la Goldsmith University a expliqué qu’il s’agissait plus d’une question d’éthique des médias que de liberté de la presse. « Nous sommes arrivés à un stade ou à cause de la concurrence des réseaux sociaux et d’internet, les médias tabloïds sont prêts à tout pour gagner de l’argent. » Gareth Thomas avait annoncé qu’il était homosexuel en 2009, il reste le premier joueur de haut niveau à l’avoir fait. 

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir