• Pour le préparateur physique français Thibault Giroud, c’est le temps de jeu que chacun pourra cumuler sur les rencontres successives contre  les Etats-Unis et le Tonga qui importe.
    Pour le préparateur physique français Thibault Giroud, c’est le temps de jeu que chacun pourra cumuler sur les rencontres successives contre les Etats-Unis et le Tonga qui importe. Patrick Derewiany / Midi Olympique / Patrick Derewiany
Publié le / Modifié le
Coupe du Monde

Enchaînement : la fin du collectif

Pour préparer au mieux l’enchaînement de trois matchs en dix jours, le staff de l’équipe de France va faire évoluer son programme d’entraînement à partir de samedi.

Ils n’en gardent pas que des bons souvenirs. Les joueurs de l’équipe de France ont déjà quasiment tous connu cette situation de disputer un match tous les quatre jours. C’est en effet le calendrier classique de la Coupe du monde des moins de 20 ans. Thomas Ramos, qui avait atteint la demi-finale avec les Bleuets en 2015 s’en souvient : "D’abord, on s’entraîne peu. Le lendemain du premier match, c’est récupération. Deux jours après, c’est déjà la mise en place. La moindre réunion est donc très importante pour prendre le maximum d’informations et capter le plus d’indices possible sur l’adversaire. Je me souviens qu’à la fin de la compétition, j’étais rincé. L’enchaînement des rencontres m’avait épuisé. Ça tirait de partout." Ça devrait être pire dans les prochains puisque les Français vont devoir enchaîner les rencontres contre les Etats-Unis, le Tonga et l’Angleterre entre le 2 et le 12 octobre. En espérant ne pas terminer ce triptyque sur les rotules si par bonheur (et c’est bien parti) la compétition devait se poursuivre pour les Tricolores.

Le staff des Bleus a donc décidé d’adapter son rythme d’entraînement même si le préparateur physique Thibault Giroud préfère prévenir en préambule : "On n’est pas dans le délire de mettre les joueurs dans du formol !" Les Bleus vont donc continuer à travailler mais de manière différente, à partir de ce samedi, expliquait mardi le monsieur muscle du XV de France : "Il reste quatre séances cette semaine de programmation physique globale (mardi, mercredi, vendredi, samedi), d’ici à la fin de la phase de poule, lors desquelles on va pouvoir retravailler sur l’intensité. C’est du maintien à niveau tout en essayant d’aller chercher un tout petit plus par rapport à ce que l’on a vu face à l’Argentine. à partir de samedi, ce sera une programmation individualisée et un volume de travail restreint jusqu’à la fin, mais surtout par rapport aux gars qui vont devoir doubler les deux matchs. Selon la physionomie de la rencontre contre les États-Unis, il faudra être intelligent dans le management par rapport aux changements en cours de partie et aux temps de jeu." Pour mettre en place un programme individuel ciblé, les équipes qui débuteront face aux Etats-Unis et le Tonga seront données aux joueurs en même temps "et le plus tôt possible", pour que chacun puisse se concentrer sur son objectif. "Un joueur peut-être titulaire lors des deux matchs, poursuit Giroud, Ce n’est pas gênant. Le problème, c’est son temps de jeu. C’est impossible enchaîner deux matchs complets de quatre-vingts minutes en un laps de temps aussi court. En Fédérale 2 peut-être, mais pas à ce niveau-là." Un programme individualisé qui se poursuivra jusqu’au dernier match de poule face à l’Angleterre.

En tout cas, tout n’est pas négatif dans ce calendrier pour le préparateur physique : "Physiologiquement, il vaut mieux prendre d’abord les Américains, qui sont plus mobiles, que les Tonguiens qui font mal sur les impacts. En ce qui concerne mon domaine, je suis assez content de cette programmation. C’est mieux dans ce sens pour récupérer à trois ou quatre jours."

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir