La Coupe d'Europe est menacée

  • Leinster dejection after the game during the Champions Cup Final at St James' Park, Newcastle. On May 11th, 2019.
Photo: David Davies / PA Images / Icon Sport
    Leinster dejection after the game during the Champions Cup Final at St James' Park, Newcastle. On May 11th, 2019. Photo: David Davies / PA Images / Icon Sport PA Images / Icon Sport / PA Images / Icon Sport / PA Images / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Outre-Manche, il a dernièrement été question de la création d’une ligue anglo-celte, laquelle tuerait probablement l’intérêt de la Coupe d’Europe.

Au printemps dernier, nos confrères du Rugby Paper dévoilaient, via la voix anonyme d’un président de club du Premiership, que "CVC" voulait regrouper Ligue celte et Premiership afin de n’en faire qu’une seule et même compétition. De fait, si ce projet de "Coupe d’Europe des clubs sans les Français" voyait le jour, ce serait un violent coup porté à la Champions Cup, dont la spécificité transfrontalière n’aurait alors plus rien d’exclusif, soit de rare. Est-on loin d’un tel accomplissement ? "C’est du fantasme, confie un influent président de club anglais. Cette idée de tournoi n’est que le souhait des provinces galloises, qui espèrent ainsi éviter la banqueroute."

Opposition des clubs anglais

Pour l’instant, les dirigeants de l’EPCR (l’institution gérant les compétitions européennes) regardent tout ça d’un œil circonspect, ne sachant si les Grands-Bretons bluffent ou s’il y a un fond de vérité dans cette histoire. À ce sujet, un dirigeant de l’institution européenne, concède : "Nous avons évoqué ce dossier en réunion mais sans en faire un sujet majeur. On est dans l’expectative : ni en position de force, ni vraiment menacé. D’un côté, nous avons l’impression que cette information a fuité dans la presse pour tâter le terrain et que ce projet est mort-né. De l’autre, on connaît le pouvoir de persuasion de "CVC" : dans le business, le payeur décide."

À l’heure actuelle, la majeure partie des clubs anglais est opposée à cette fusion des ligues, l’opinion n’y voit pas d’intérêt réel et les provinces irlandaises, que le fonds d’investissement voudrait voir plier le genou, refusent à entrer en négociations avec la société luxembourgeoise. De fait, la Fédération irlandaise (qui tient les provinces) a récemment annoncé un bénéfice net de plusieurs millions d’euros sur l’exercice 2018-2019, se sent forte et donc peu encline à perdre son indépendance. Mais pourra-t-elle résister longtemps ?

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir