Witt : « C’est le travail qui paye »

  • Witt : « C’est le travail  qui paye »
    Witt : « C’est le travail qui paye » Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Quentin Witt, troisième ligne de Soyaux-Angoulême, revient sur le succès face à Mont-de-Marsan et se projette sur le match contre Béziers ce vendredi soir à 20h00.

Vous restez sur un succès face à Mont-de-Marsan (21-6). Une prestation aboutie ?

C’est un match que l’on a construit de bout en bout, en première mi-temps ce n’était pas gagné. C’est une équipe qui était venue avec des intentions, avec la meilleure équipe du moment alignée sur le XV de départ. En première mi-temps on les a usés, on a beaucoup occupé leur camp. On a vu que le travail de sape a fonctionné. En deuxième mi-temps on a pu dérouler et dans les impacts physiques on était mieux qu’eux je pense sur la fin du match.

Vous montez en puissance depuis le début de la saison. Quelles sont les satisfactions de ces dernières semaines ?

En conquête on travaille beaucoup, on essaye de trouver des solutions. Nous essayons de faire en sorte d’améliorer, de faire des choses plus simples mais plus rapides et plus efficaces. C’est le travail qui paye, les joueurs se responsabilisent, c’est important. Le jeu d’occupation est aussi important. Dès que tu es dans ton camp, à 30 ou 40 mètres de ta ligne et que ton 10 et ton 12, notamment Ugalde trouvent des touches dans les angles, nous, les avants quand on lève la tête ça fait souffler. Après dans les trente derniers mètres il faut jouer à la main.

Vous affrontez une formation de Béziers revancharde. À quel match s’attendre ?

C’est une équipe qui reste sur deux défaites, une à la maison, une à l’extérieur. Ils ont fait un gros match à Grenoble. La clé va être sur le jeu d’avants. C’est une équipe très engagée, très agressive. Ils ont des mecs qui débordent d’engagement, il faudra être capable de répondre à cela sans péter les plombs. La Pro D2 c’est un marathon, ça cogne, ça fait mal. Il nous manque encore de la constance tout au long du match, ne pas avoir de creux, continuer à aller chercher en défense. J’espère que dans l’engagement on fera le même match que contre le Stade montois, pour les écœurer ces mecs.

Dorian Bercheny
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir