Le CO doit apprendre à s’exporter

  • Julien Dumora (Castres)
    Julien Dumora (Castres) Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Il serait suicidaire de fermer les yeux. Englués à la douzième place avec seulement trois points d’avance sur le Stade français, les Castrais se sont déjà retrouvés dans des positions plus confortables à mi-saison. Car oui, même si les Tarnais n’ont pas fait de croix sur leur objectif initial (la présence au sein du top 6 au soir de la dernière journée) les Bleu et Blanc pourraient se retrouver relégables dimanche soir en cas de défaite contre le Racing 92 à Pierre-Fabre et d’un succès des Parisiens à Clermont. En cause, un rendement à l’extérieur inexistant : sans aucun point pris loin de Pierre-Fabre, le CO est l’équipe la moins prolifique en déplacement du championnat. Les Bleu et Blanc traînent aussi comme un boulet la défaite à domicile face à l’Union Bordeaux-Bègles lors de la troisième journée (34-32). Et Castres ne compense pas ces divers faux pas par une prise boulimique de bonus : seulement trois depuis le début de la saison.

Les motifs d’espoir pour une folle remontée ? Le championnat est serré et la sixième place tant convoitée est encore à portée de fusil, huit points plus haut seulement, soit l’équivalent de deux victoires. Le renforcement du staff par Joe Worsley fin novembre a inscrit l’équipe dans une dynamique de progrès. L’infirmerie se vide et tout laisse à penser que les maux des Castrais à l’extérieur finiront par se résoudre : la probante victoire à Worcester en Challenge cup la semaine dernière est encourageante. Bien négocier le match charnière ce samedi contre le Racing 92 est impératif. Une victoire et Castres pourra continuer à regarder vers le haut. Sinon…

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir