• Contre Aurillac, les Biterrois veulent enfin enchaîner les victoires après leur succès décroché à Rouen.
    Contre Aurillac, les Biterrois veulent enfin enchaîner les victoires après leur succès décroché à Rouen. Midi Olympique / Patrick Derewiany / Midi Olympique
Publié le / Modifié le
Pro D2

Une confiance à retrouver

Vainqueurs à Rouen il y a deux semaines, les Biterrois ont mis un terme à leur série de quatre défaites. La réception d’Aurillac peut leur permettre d’enchaîner.

Une seule victoire en deux mois. À Béziers, l’hiver 2019-2020 est assurément plus rude que les précédents. Après un début de saison convaincant, bien que perfectible dans le contenu, la formation héraultaise a ensuite révélé de grosses lacunes. En dépit d’une défense pourtant irréprochable (17 points encaissés en moyenne par match), l’animation offensive des protégés de David Aucagne s’avère inquiétante. Voilà, sans l’ombre d’un doute, la plus grande marge de manœuvre d’une ASBH souvent brouillonne, parfois apathique et dont la confiance s’est délitée au fil des défaites depuis octobre. Alors qu’il était question, à l’aube de ce nouvel exercice, d’envisager les phases finales, voilà que l’objectif de "maintien" était dans tous les esprits, il y a deux semaines à Rouen. Avec un brin de réussite, et une pénalité de Jérôme Porical dans les derniers instants, les Biterrois ont enregistré un précieux succès sur la pelouse du promu. Une opération parfaite, sur le plan comptable, mais surtout pour les têtes. "Nous sommes soulagés d’avoir mis fin à la série de défaites, ça commençait à être très difficile pour la confiance", confie le capitaine Jonathan Best, avant de tempérer : "C’est la confiance individuelle mais aussi collective, les uns envers les autres, qui sont en jeu. Malgré la victoire à Rouen, cette confiance n’est toujours pas au rendez-vous. Le groupe a fait deux semaines d’entraînement plutôt moyennes."

Deux défaites de suite à Raoul-Barrière

Aux deux tiers de la phase régulière, une certitude persiste : les maux biterrois sont encore profonds. Seuls les succès permettront aux "Rouge et Bleu" de connaître une fin de saison plus glorieuse et enthousiaste. Après Rouen, l’ASBH peut enchaîner une deuxième victoire, et aussi retrouver sa suprématie sur la pelouse de Raoul-Barrière, là où les Héraultais restent sur deux défaites (Nevers, Colomiers). "Je me méfie particulièrement d’Aurillac. C’est une équipe qui joue très bien au rugby et qui vient souvent grappiller des points à l’extérieur. Nous avons gagné là-bas au match aller, ça leur avait mis un sérieux coup d’arrêt. Je dis attention à ce match piège, qui peut nous faire du bien en cas de victoire, mais qui peut aussi nous replonger dans une mauvaise série en cas de défaite", prévient Jonathan Best. "C’est un match charnière, on a toujours mal commencé les blocs. C’est toujours délicat pour nous, j’ai essayé d’alerter les joueurs sur ce danger que peut représenter Aurillac. Le classement ne représente pas le niveau de cette équipe", conclut le troisième ligne, à l’aube d’une réception révélatrice.

Émilien VICENS
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir