Itoje en France ? Ça se complique

  • La venue du joueur des Sarries en France semble compromise, autant du côté du Racing 92 que de Lyon.
    La venue du joueur des Sarries en France semble compromise, autant du côté du Racing 92 que de Lyon. Sportsfile / Icon Sport
Publié le

TRANSFERTS - La venue de Maro Itoje en Top 14 a été sérieusement envisagée au Racing. Et à Lyon, aussi mais l'affaire ne se conclura probablement pas. Pour plusieurs raisons. 

Depuis plusieurs semaines, la possible venue de Maro Itoje en France animait l’actualité sur le marché des transferts. Sur le papier, l’hypothèse se tient : avec la relégation actée des Saracens au terme de la saison en cours, un exil en Top 14 permettrait au deuxième ligne de se maintenir au plus haut niveau. D’ailleurs, Itoje est un des rares internationaux des Sarries à ne pas avoir juré fidélité à l’équipe londonienne : Owen Farrell, Jamie George, les frères Vunipola, Elliot Daly ou encore Alex Goode ont tous fait part de leur intention de poursuivre l’aventure en deuxième division. Mais l’arrivée du prodige de 25 ans aux 41 sélections dans l’Hexagone paraît de plus en plus compromise. Samedi, The Guardian a révélé que les contacts entre le deuxième ligne et le Racing 92 ne pourraient pas aboutir à une signature.

La raison ? Les clubs de Premiership se sont formellement opposés à ce départ. À leurs yeux, la relégation des Saracens ne constitue pas une circonstance exceptionnelle, condition sine qua non pour être appelé en jouant à l’étranger. Autrement dit, s’il venait en France, Maro Itoje ne pourrait plus porter le maillot du XV de la Rose. Impensable, surtout en année de tournée des Lions britanniques et irlandais. « Maro a demandé à aller jouer pour le Racing 92 avec un prêt d’un an, déclare un proche du dossier dans le journal anglais. La RFU et Eddie Jones étaient prêts à accepter, estimant qu’il s’agissait de circonstances exceptionnelles. Il a fallu l’approbation des représentants de Premiership qui composent le Professional Game Board avec la RFU. Ils ne l’ont pas donné. » Le Racing 92, très intéressé par la venue du Britannique, s’est également heurté à une réalité financière : si Maro Itoje était disposé à passer de l’autre côté de la Manche, il demandait un salaire annuel d’au moins 700 000 €. Un montant incompatible avec les contraintes liées au salary cap. Le club de Jacky Lorenzetti aurait ainsi écarté cette piste avant même de transmettre une proposition concrète.

Une nouvelle donne économique

Un autre club français était sur les rangs pour accueillir l’Oscar Monde du Midi olympique et le meilleur joueur européen de 2016 : le Lou. Mais là aussi, sa venue paraît de plus en plus improbable. Et pas seulement en raison de l’opposition des clubs de Premiership et du salary cap. En l’occurrence, le club lyonnais avait envisagé un prêt avec indemnité. Mais la nouvelle donne économique, avec l’impact du coronavirus sur les finances du Lou et sur son actionnaire principal GL Events, constitue un frein majeur à l’aboutissement d’un dossier de cette envergure. Pour l’heure, l’enfant prodige du rugby anglais se dirige donc tout droit vers une parenthèse en Championship pour la saison prochaine.

 

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?