Une proximité entre club et supporters

  • Nans Ducuing
    Nans Ducuing
Publié le / Mis à jour le

Les initiatives décalées des joueurs sont reprises par leurs clubs, qui en font un outil de communication.

La période est singulière, pour les joueurs, les clubs mais aussi les services de communication. "On veut conserver le lien avec les supporters et entretenir notre communauté, note Vincent Duvivier, responsable de ce secteur à Clermont. On ne peut pas rester inactifs pendant un, deux ou trois mois." Alors eux aussi, malgré l’absence de compétitions, continuent de faire vivre le rugby et faire parler de leur "écurie", sur les réseaux sociaux notamment. "On met en place toutes sortes d’initiatives, poursuit Duvivier. Des questionnaires confinement, des challenges avec des vidéos de joueurs ou préparateurs physiques qui proposent aux fans de réaliser les mêmes exercices d’entretien qu’eux, le relais des actions de nos gros et petits partenaires dans l’élan de solidarité, ou quelques articles plus classiques de contenu éditorial avec le président, les joueurs, le manager ou d’autres membres du staff." Puis il y a, dans tous les clubs, l’aubaine que représentent les vidéos, photos et autres montages réalisés sur les comptes personnels des joueurs, dont les spécialistes de la communication ne manquent pas de se servir. L’exemple de l’Union Bordeaux-Bègles, qui a confié l’animation de ses réseaux à Nans Ducuing et Jean-Baptiste Dubié - reconnus pour leurs talents humoristiques - est en ce sens révélateur. "De notre côté, on laisse les joueurs s’exprimer librement et faire ce qu’ils veulent, puis on le relaye, assure-t-on à l’ASMCA. On place à toutes les sauces les valeurs du rugby et j’espère que c’est l’occasion de voir que notre sport conserve un aspect décalé et convivial, plus que d’autres. On a l’opportunité de communiquer différemment et j’ai l’impression qu’on le fait. Le rugby, c’est aussi le partage et, dans ce contexte, on en a besoin à tous les niveaux." Surtout que le public, même frustré sans match, semble apprécier le spectacle des acteurs hors du terrain. Vincent Duvivier confirme : "Notre communauté est très active, même si c’est inférieur à ce que l’on fait en temps normal et si les gens préfèreraient aller au stade, et les retours sont positifs." En ces semaines troubles, c’est un bon point. J. Fa.

Midi-Olympique
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir