Consultation exclusive Midi Olympique – Laporte nettement en tête pour une réélection à la tête de la FFR

  • President of the French Rugby Federation (FFR) Bernard LAPORTE during the Rugby World Cup  Group C match between France and Argentina on September 21, 2019 in Tokyo, Japan. (Photo by Dave Winter/Icon Sport) - Bernard LAPORTE - Ajinomoto Stadium - Chofu (Japon)
    President of the French Rugby Federation (FFR) Bernard LAPORTE during the Rugby World Cup Group C match between France and Argentina on September 21, 2019 in Tokyo, Japan. (Photo by Dave Winter/Icon Sport) - Bernard LAPORTE - Ajinomoto Stadium - Chofu (Japon) Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

En fin d’année dernière, à Clermont-Ferrand, l’Assemblée Générale financière de la FFR, au cours de laquelle un tiers des votants s’était opposé a la validation des comptes, avait donné un fol espoir aux opposants de Bernard Laporte. Si l’on en croit la grande consultation que nous venons de lancer, le candidat sortant reste néanmoins favori a sa propre succession. Est-ce irrémédiable ?

La dernière fois que Midol s’est prêté au jeu de la consultation, c’était avant les élections fédérales de décembre 2016. Le nombre de sondés était sensiblement le même et le résultat, déjà en faveur de Bernard Laporte, nous avait valu quelques anicroches avec Pierre Camou, à qui les présidents des comités territoriaux avaient au même moment donné de tout autres chiffres afin d’entrer dans les bonnes grâces du président et lui prouver, par extension, qu’ils "tenaient" leurs terres d’une main de fer. Autant de chiffres qui s’étaient évidemment avérés mensongers, provoquant l’ire du prédécesseur de "Bernie" au jour du dépouillement…

Que dit notre sondage aujourd’hui ? Il assure d’abord que les indécis (30% des sondés environ) sont plus nombreux qu’il y a quatre ans et qu’en l’état, Florian Grill et Bernard Laporte peuvent donc encore conquérir de nombreux indécis. "Le programme de Grill me plaît mais j’attends de lire celui de Laporte avant de me décider", a-t-on entendu ici. "Laporte m’a déçu mais l’environnement de Grill ne me séduit pas beaucoup", a-t-on évoqué là. Et c’est auprès de ces présidents que les deux candidats devront travailler avant l’élection du 20 octobre prochain.

Laporte, de l’Occitanie au Grand Nord

Le second enseignement de notre consultation est évidemment le plus important et, à ce jour, donne le candidat sortant, qui n’a pourtant toujours pas lancé sa campagne, favori à sa propre succession avec une avance plutôt confortable. Éclaboussé par quelques scandales au début de son mandat, Bernard Laporte semble donc avoir toujours le soutien du monde amateur, pour lequel il a récemment débloqué 35 millions d’euros.

Florian Grill ? Sa domination est écrasante dans son fief d’Ile-de-France, "feu" le plus gros comité du pays, où les voix en faveur du candidat sortant se comptent sur le doigt d’une seule main. L’ancien bras droit de Pierre Camou grignote aussi son retard en Nouvelle-Aquitaine, et fait même jeu égal dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. Reste qu’en Occitanie comme au nord de Paris, Bernard Laporte semble intouchable. A voir si les dix-sept semaines qui nous séparent encore de l’élection (3 octobre) inverseront ces tendances.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?