Les Brivistes vont devoir se montrer gaillards

  • Said Hireche (Brive).
    Said Hireche (Brive). Icon Sport
Publié le , mis à jour

Huit mois après un duel à rebondissements, brive retrouve pau, une des équipes en forme de ce début de saison. Et un des gros packs du championnat.

Tous les spectateurs présents dans les travées du Stadium municipal le 25 janvier dernier en frissonnent encore. Menés 26 à 13 jusqu’à la 65e minute de jeu par des Palois sûrs de leur fait, ce jour-là, leurs favoris avaient opéré une remontée miraculeuse, dans le sillage d’un Laranjeira des grands soirs - une fois encore, pour l’emporter 33 à 26. Si le championnat avait été à son terme, cette folle partie aurait sans aucun doute constitué un de ses grands tournants. Huit mois après, à l’heure des retrouvailles, le souvenir de cette confrontation reste vivace des deux côtés. Jeremy Davidson mesure son impact : "C’est une nouvelle saison et les effectifs ont changé. Mais au moins, nous sommes prévenus de ce qui peut se passer. Ce jour-là, Pau nous avait piégé dans tous les secteurs. Nous avions été pris à la gorge. Les gars ne pourrons pas être surpris cette fois." Les troupes corréziennes ont déjà pu constater, à leurs dépens, la capacité des Béarnais à contrer leurs adversaires : avant le succès de janvier, elles restaient sur quatre revers face à ce prétendu rival.

Deux essais de pénalité

Au cours de la semaine, le méticuleux Jeremy Davidson a rappelé la dangerosité de l’opposition. Tout comme il a prévenu le moindre excès de confiance. Si le succès initial face à Bayonne et le point ramené de Gironde sont comptablement appréciables, la vigilance reste de mise : "A Bordeaux, le bonus a fait du bien mais, pour être honnête, l’UBB aurait dû avoir plus d’avance à la mi-temps." Les Palois, spécialistes des départs en fanfare en championnat, reviennent de leur côté en Corrèze sur une dynamique très positive : "Pau est une équipe en forme. C’est une équipe qui a montré sa capacité à gagner à l’extérieur. Elle l’a fait à Montpellier. Il suffit de regarder l’effectif du MHR pour prendre la mesure de cette performance. Ils sont capables de le reproduire." Dans l’Hérault comme à domicile face à Agen, les hommes du tandem Godignon-Manca n’ont pas survolé les débats mais ils ont su forcer la décision, grâce aux coups de boutoir d’un pack de plus en plus redouté. Un chiffre illustre sa force de destruction : deux. Comme le nombre d’essais de pénalités accordée à sa mêlée dans l’exercice. Jeremy Davidson et ses "gros" se sont mentalement préparés au bras de fer : "Leur conquête est très performante. Avec une mêlée très puissante, très costaud et de la profondeur d’effectif en première ligne. Il y a aussi le retour de Whitelock qui va booster le paquet d’avants. C’est un gros adversaire à affronter sur les basiques. Vu les conditions météo annoncées, avec probablement de la pluie, il ne faudra pas passer à côté en conquête." Brive, avec ses avants au profil plus dynamique et manieur de cuir, va passer un sacré test face aux gaillards d’en face.

La lutte des airs pourrait constituer un deuxième secteur clé. Encore. En janvier, Brive avait souffert en touche, perdant quatre de ses douze lancers... avant de récupérer la balle de match derrière un lancer cafouillé par les visiteurs. Du côté du Stadium municipal, personne ne l’a oublié. Et tous, acteurs comme spectateurs, espèrent connaître moins de frayeurs lors de ces retrouvailles.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?