Vers une suppression des phases finales ?

  • Bernard LAPORTE President of French Federation of Rugby. during the Press Conference on September 24, 2020 in Montpellier, France. (Photo by Alexandre Dimou/Icon Sport) - Bernard LAPORTE
    Bernard LAPORTE President of French Federation of Rugby. during the Press Conference on September 24, 2020 in Montpellier, France. (Photo by Alexandre Dimou/Icon Sport) - Bernard LAPORTE Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Après un nouveau week-end lors duquel les reports ont été nombreux, la Fédération va faire des annonces cette semaine. On pourrait se diriger vers une suppression des phases finales afin de gagner des dates de replus et non une suspension temporaire des compétitions. La FFR et son presidént veulent à tout prix éviter une saison blanche.

C’est une équation devenue insoluble à résoudre. Ce mardi, la Cellule Urgence Covid pourrait recommander au président de la FFR, Bernard Laporte, une suppression des phases finales à partir de la Fédérale 2. Ce dimanche soir et malgré un nouveau week-end avec énormement de report, la suspension des compétitions au moins jusqu’à la fin du couvre-feu s’éloignait. De par la volonté du président Bernard Laporte qui ne veut pas "entendre parler de saison blanche". Seulement depuis trois semaines, la situation s’est fortement dégradée au niveau des reports de match. De 25 % de rencontres non-jouées, on est passé à 43 % il y a deux week-ends et plus de 50 % sur le dernier, selon nos estimations. "Si plus de la moitié des matchs ne peuvent se tenir, cela va devenir ingérable", nous glissait un des membres de cette cellule, ce dimanche.

Le rapport de cette cellule remis ce lundi à Bernard Laporte sera déterminant. Toutefois, ce dernier ne devrait pas décider tout seul. "Nous allons consulter les clubs sous forme de référendum. C’est à eux de décider. On les écoutera. L’idée est d’essayer de maintenir tant que l’on peut, le jeu. Pour le moment tout est sur la table, comme la suppression des phases finales qui nous ferait gagner plusieurs week-ends de compétition", nous indiquait le président de la fédération ce dimanche soir qui a été, cette semaine, interpellé par l’équipe de Meudon sur son impossibilité de s’entraîner en raison du couvre-feu en vigueur depuis dix jours sur la région parisienne.

Un courrier alertant le gouvernement

En fin de semaine, Laporte avait alerté le Premier ministre et ses collègues de la Santé et des Sports, par courrier. "De nombreux arrêtés préfectoraux interdisent l’accès aux vestiaires collectifs des établissements recevant du public, pour les sportifs amateurs. Cette décision qui vise à limiter le risque de propagation de la Covid-19 crée une incompréhension totale. Elle met à mal tous nos clubs et met en péril la continuité de l’activité sportive. Nos clubs sont aujourd’hui arrivés au bout de leur chemin de "lutte"", peut-on lire dans la lettre.

La Division Nationale et la Fédérale 1 pourraient être concernées aussi par les futures mesures, même si ces deux divisions bénéficient pour l’instant d’une dérogation ministérielle pour le couvre-feu. Mais le maintien de la fermeture des vestiaires pourrait être rédhibitoire à leur poursuite. Cette semaine va être déterminante pour le rugby amateur.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?