Toulon : enfin, un gros coup !

  • Gabin Villière (Toulon), face au Racing.
    Gabin Villière (Toulon), face au Racing. Icon Sport
Publié le , mis à jour

Après de multiples échecs depuis le début de saison sur le terrain des cadors du Top 14, le RC Toulon a enfin réussi à décrocher une victoire significative loin du stade Mayol. Et avec la manière, s’il vous plaît !

Avant ce choc entre deux prétendants au titre, Patrice Collazo n’avait pas ménagé sa peine pour tenter de décomplexer son équipe à l’approche du déplacement à la Paris-La Défense Arena. « Le Racing ne m’impressionne pas », avait notamment déclaré le manager toulonnais. Dans sa bouche, aucune provocation. Ni coup de bluff. Pas le genre du bonhomme. Simplement avait-il dans l’idée de libérer ses joueurs, de décoincer une situation qui pèse sur le collectif.

Jusque-là, le RC Toulon n’avait gagné qu’une seule fois à l’extérieur. Un succès peu probant obtenu sur la pelouse du SU Agen, où toutes les équipes de Top 14 s’imposent les unes après les autres depuis le début de saison. Et Collazo avait lourdement insisté : « À nous de savoir où l’on va mettre le curseur, à nous de savoir si on a envie d’exister, à nous de savoir si on a envie de rivaliser. Il y a des matchs dans le match à titre individuel également… C’est une grosse affiche du championnat. À nous d’être à la hauteur de l’événement. » Des propos exempts de toute ambiguïté. Avec effet immédiat.

Charles Ollivon et ses partenaires ont bien reçu le message de leur manager. Ils ont débuté la rencontre au quart de tour. De la vitesse, du jeu debout, des passes après contacts, des libérations de balle ultra-rapides, des courses tranchantes, Toulon a affiché durant plus de vingt minutes un niveau de jeu flirtant avec la perfection. Du jamais vu cette saison, loin du stade Mayol. Le premier essai inscrit par le troisième Swan Rebbadj (3-10, 12e) est né après une séquence de jeu de plus de deux minutes. Un véritable régal.

La suite ? Elle s’est jouée sur la même tonalité durant encore une dizaine de minutes. À la récupération d’un jeu au pied de Finn Russell dans le deuxième rideau, le demi de mêlée, Baptiste Serin, bien positionné, n’a pas traîné pour utiliser ce ballon rendu. Un premier franchissement de Bryce Heem sur son aile, puis un rebond sur l’aile opposée avec une intervention tranchante du deuxième ligne Eben Etzebeth pour un deuxième essai inscrit par Serin (3-17, 17e).
 

Le RCT fait tomber le Racing !#R92RCT #TOP14

Le film du match > https://t.co/vIDecZ4O9A pic.twitter.com/RZb7aLjHtE

— RUGBYRAMA (@RugbyramaFR) January 17, 2021

 

Une force de caractère

À cet instant, tout laissait croire enfin à une victoire significative à l’extérieur. Parce que ne gagne pas sur la pelouse du Racing 92, vice-champion d’Europe, qui veut. Or, jusqu’à dimanche, les Toulonnais avaient enchaîné les déconvenues chez les cadors du Top 14. À La Rochelle, Toulouse ou encore Bordeaux-Bègles, ils avaient même, à chaque fois, encaissé au moins trente points.

Évidemment, les joueurs de Patrice Collazo sont parfois retombés dans leurs travers, laissant notamment des espaces dans lesquels Vakatawa ou Thomas se sont engouffrés. Mais ils ont affiché un sacré caractère lorsque leurs adversaires du soir sont parvenus à remettre la main sur le ballon et à imposer leur timing. La défense s’est alors mise au diapason de l’attaque. Gabin Villière, joueur de caractère, a montré l’exemple en fin de première mi-temps privant Virimi Vakatawa, peut-être un peu trop dilettante (lire en page 5), d’un essai tout fait. L’envie de ne rien lâcher n’a jamais quitté les Toulonnais. Même à l’heure de jeu pour défendre ces trois tout petits points d’avance (23-26, 61e) à l’instant où le Racing a fait le choix d’une pénaltouche plutôt qu’une éventuelle égalisation. Sur ce ballon porté francilien, la défense varoise s’est révélée héroïque, inversant la pression. Elle ne cédera rien, même durant les instants les plus chauds en toute fin de rencontre. Peut-être Patrice Collazo a-t-il même été impressionné par son équipe...

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?