« Tao » et un « 6-2 » pour remplacer Le Roux

  • Romain TAOFIFENUA of France during the Six Nations Tournament match between Italy and France at Olimpico stadium on February 6, 2021 in Rome, Italy. (Photo by Anthony Dibon/Icon Sport) - Romain TAOFIFENUA - Stadio Olimpico - Rome (Italie)
    Romain TAOFIFENUA of France during the Six Nations Tournament match between Italy and France at Olimpico stadium on February 6, 2021 in Rome, Italy. (Photo by Anthony Dibon/Icon Sport) - Romain TAOFIFENUA - Stadio Olimpico - Rome (Italie) Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Victime d’une élongation à une cuisse, le deuxième ligne du Racing va laisser un vide béant qu’il s’agira tant bien que mal de combler. Probablement moins difficile en conquête directe que dans le jeu courant et notamment en défense, où son rôle dans le système de Shaun Edwards demeure essentiel.

C’est à l’évidence plus qu’une simple tuile qui est tombée sur le coin de la figure des Bleus, ce lundi soir. Parce que si Bernard Le Roux fut le seul trentenaire à s’attirer les grâces de Fabien Galthié à sa prise de fonction, cela ne relevait évidemment pas du hasard… Prototype du joueur international par excellence, doté de qualités physiques exceptionnelles, Bernard Le Roux peut logiquement être considéré comme le meilleur avant du XV de France parce que le plus complet, capable aussi bien d’un énorme abattage dans le travail de l’ombre que d’une répétition des tâches dignes du troisième ligne qu’il était encore il n’y a pas si longtemps. "Bernard, c’est un de nos leaders parce qu’il est un de nos joueurs les plus physiques, les plus rudes, argumentait le pilier Cyril Baille. Quand il place un gros déblayage ou qu’il appuie un gros plaquage qui nous fait avancer, il génère une énorme énergie pour toute l’équipe. Rien que pour ça, son absence va peser samedi." Une perte douloureuse, donc. Et cela d’autant plus que ses deux remplaçants naturels, à savoir Baptiste Pesenti et Killian Geraci, étaient justement indisponibles cette semaine, la faute à la covid pour le premier et à une petite déchirure à un mollet pour l’autre…

Un banc à six avants et des certitudes en conquête directe

Alors, quelles seront les conséquences de l’absence de Le Roux ? La première réside à l’évidence dans la création d’un banc à six avants (le deuxième sous l’ère Galthié) afin d’apporter, par le coaching, le supplément d’énergie que le Racingman parvient généralement à générer à lui seul dans le jeu courant. En conquête ? L’impact devrait être tout relatif, puisque le pack des Bleus sera doté avec Romain Taofifenua d’un pousseur aguerri, qui compensera sans problème l’absence de Le Roux en mêlée ou dans les mauls. Cela tandis qu’en touche, la présence du massif Toulonnais a indirectement impliqué la titularisation du plus mobile et aérien Dylan Cretin en troisième ligne, qui offre une solution supplémentaire d’autant plus appréciable que dans le système des Bleus, Le Roux n’est peu ou prou jamais utilisé en l’air. La principale mission de ce dernier consistant seulement à verrouiller le fond d’alignement, pour défendre à l’intérieur de son ouvreur…

Qui pour le suppléer Le Roux dans son rôle de verrouilleur ?

Le hic ? Il est que c’est dans cet exercice si spécifique que Le Roux sera très difficile à remplacer. Parce que cette zone de fracture demeure des plus sensibles au niveau international et constitue depuis plus d’un an un des gros points forts du XV de France, qui a su la muscler entre le positionnement de Marchand en relayeur, Alldritt à l’intérieur du 10 et donc Le Roux en verrouilleur. Mais qui sera à même de remplacer ce dernier dans son rôle ? Verra-t-on les Bleus se réorganiser totalement, ou confier poste pour poste le même rôle à Taofifenua, qui semble taillé un peu "lourd" pour le tenir efficacement ? Toutes ces questions valent très cher, et il n’est d’ailleurs pas un hasard si Shaun Edwards, sourire en coin, n’a pas souhaité répondre à cette question mercredi. "Qui va remplacer Le Roux dans ce rôle-là ? Oh ! la ! On va attendre notre réunion de jeudi pour en décider. Ça vous va ?" Pas vraiment, non. On n’en espère pas moins une réponse aussi surprenante qu’efficace sur le terrain…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 7,90€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?