Le jour de gloire tant attendu de Taofifenua

  • Romain Taofifenua sur la pelouse de Twickenham face à l'Angleterre
    Romain Taofifenua sur la pelouse de Twickenham face à l'Angleterre Icon Sport - MB Media / Icon Sport
Publié le , mis à jour

À Twickenham, samedi, le deuxième ligne toulonnais a sans aucun doute livré sa prestation la plus aboutie en Bleu. L’ancien joueur de l’Usap a enfin laissé parler son talent et son potentiel physique. Et si ce match changeait sa trajectoire Internationale ?

Dans leur canapé, samedi, des millions de téléspectateurs sont restés bouche bée devant la prestation de Romain Taofifenua dans le temple du rugby. Parmi eux, Jacques Delmas s’est délecté, en connaissance de cause, de la prestation du deuxième ligne, son protégé à Perpignan et Toulon : « ll a sorti son match référence le jour où le défi était le plus grand. On savait qu’il avait ça dans le ventre. C’était une performance triple XL, soixante minutes de très haut niveau. » Avec dix plaquages, deux grattages importantissimes, un impact décisif et des interventions pleines d’à-propos balle en main, le Toulonnais aurait dû être un des héros de l’exploit. « La physionomie du match lui allait bien avec des collisions comme il aime, du défi au sol où il a pu s’illustrer au grattage et quelques séquences offensives sur lesquelles il ne s’est jamais trompé dans ses choix. »

« Un ménage à trois »

Si le succès historique aurait couronné cet après-midi, sa prestation n’en reste pas moins mémorable. Neuf ans après son baptême tricolore, « grand Tao » s’est enfin révélé sous son meilleur jour au niveau international : « Romain a tout pour lui, une dimension physique, des mains d’or, décrit le technicien. Le truc, c’est qu’il est taciturne et a tendance à la nonchalance. Là, tout était réuni : il est bien physiquement, il est en confiance dans ce groupe et il a la maturité suffisante ainsi que la détermination pour relever ce challenge. » Au passage, l’impression laissée par son œuvre londonienne ravive des regrets quant à la trajectoire du fils de Willy, à qui l’on avait un temps prédit, à ses débuts, une accession au gratin du rugby mondial. Avec vingt-trois sélections, le natif de Mont-de-Marsan s’est certes construit une carrière internationale honorable mais sans pleinement convaincre. Samedi, il honorait ainsi sa septième titularisation en Bleu, « seulement » : « On attend et on demande toujours plus aux gens qui ont un talent particulier. Avec des si, on se dit que ça aurait pu être différent… Ce match prouve en tout cas que ceux qui ont continué à croire en Romain ont eu raison.»

Et après tout, à 30 ans, l’avenir lui appartient encore. En tout cas, 2023 représente un horizon à sa portée. Jacques Delmas, encore : « La difficulté, pour lui, ce sera de rééditer cette prestation sur la durée et avec cette intensité. Mais après ce match, on peut s’attendre à ce qu’il y ait un ménage à trois en deuxième ligne. D’ailleurs, on n’a jamais eu autant de profondeur. Romain a plus le profil d’un Willemse et ce qui est marquant, c’est que sa performance, il l’a accomplie à la place de Le Roux. Ce qui montre qu’il peut évoluer aux deux postes.» Le meilleur reste donc peut-être à venir : « En tout cas, il est décidé à se remettre en question comme le prouve son départ pour Lyon. Il va se lancer dans un nouveau challenge. Il a encore faim, sans aucun doute. »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Vincent BISSONNET
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?