Clermont, un troisième pour la route

  • Clermont, un troisième pour la route
    Clermont, un troisième pour la route Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Sans briller, l’ASM est parvenue à monter en régime jusqu’à étouffer les Parisiens. Ce troisième succès consécutif à Jean-Bouin est une belle bouffée d’oxygène avant le rendez-vous européen.

Devant le Parc des Princes et non loin de l’enceinte de Saint-Denis, à l’ombre en contre bas de ces deux stades et de ses finales perdues, qui la rendirent parfois si pathétique avant La délivrance, l’ASM vient d’achever à Jean Bouin la construction d’un muret d’assez bonne taille, duquel devront sauter les prochains protagonistes du prochain rendez-vous. Sans être aussi heureuse qu’elle fut maffrée, son troisième succès consécutif remporté à Paris obligera le Fickou de demain à considérer assez gravement l’affront qu’il n’a pas reçu. Trois fois giflée, et cette dernière, qui met vraiment du plomb dans ses ambitions, l’équipe parisienne en est quitte à prendre pour sa part de la petite malédiction ridicule, et l’ASM son chat noir, d’aiguiser sur ce coup de griffe la suite de sa saison. La résonance de ce succès est très harmonieuse en la liant à sa suite symphonique.

Le match éliminatoire européen de ce week-end, le derby contre Brive, la plupart des têtes d’affiches du classement actuel qui s’enchaîneront ensuite à la file, avant les phases finales, voilà tout ce qui reste devant ce groupe montferrandais, qui revient ragaillardi et en ordre cohérent de cette première bataille organisée en sortie de trois semaines de trêve. Les deux démarrages de mi-temps n’ont pas du tout répondu aux attentes. La conquête a beaucoup souffert en première mi-temps. Une défaite aurait provoqué son lot de désolations ciblées. Au contraire, le succès construit avec maitrise sur l’ensemble de la rencontre, a valorisé cette formation plus travailleuse que brillante, dans sa capacité à surmonter assez facilement ses mauvais passages. « Il fallait le faire, a commenté Morgan Parra, qui a poussé au pic de son mécontentement un grand coup de gueule devant les chaises vides de Jean Bouin. Il est tout à fait évident que nous ne pourrons pas reproduire un tel démarrage en Coupe d’Europe. Nous allons monter d’un niveau. Mais nous avons su renverser la vapeur en produisant du jeu, en les poussant à la faute. Nous avons réussi à corriger nos erreurs et à mettre en place nos offensives. Je crois que nous avions besoin de ces trois semaines de repos. Ce n’était pas évident de retrouver du rythme tout de suite. Mais nous en avons trouvé au fur et à mesure. »

« Une belle confiance »

Bien ressoudés par leur stage très couleur local organisé à Bugeat, regonflés par les retours des manquants, et placés assez idéalement en top 14 avec ce succès obtenu à l’extérieur, les Montferrandais se trouvent lancés sur une belle pente à l’ingénierie bien pensée. Franck Azéma dispose de tout son monde ou presque pour imaginer ses prochaines compositions et le meilleur rendement de son équipe. La rentrée du banc a produit son bilan méritoire à Jean Bouin. Sébastien Bézy a donné à la partie son final exécutoire dans sa gestuelle furtive dynamique. Quel ordre des meneurs de jeu sera choisi demain ?

Ici ou là, dans toutes ses lignes, la revue d’effectif de ce week-end a donné pleine et entière satisfaction à ce manager au sourire de contentement éloquent : « C’était une très bonne opposition. Nous avons capitalisé une belle confiance sur une rencontre comme celle là. Nous avons gonflé le moral. Je peux vous certifier que nous n’avons pas parler de Coupe d’Europe depuis au moins quinze jours entre nous. Nous étions focalisés sur ce match. Mais nous pouvons en parler maintenant. Nous avons fait le boulot. Notre préparation et ce match nous ont mis dans de très bonnes dispositions ». Et si aucune prestation personnelle n’a vraiment émergé de ce bloc solidaire, de ces interventions lissées dans une belle manière de devoir, le mouvement monferrandais dans ses meilleurs moments, a tout de même créé deux ou trois espaces pour deux ou trois éclairs sortis du coup de rein de Wesley Fofana. Un joli vernis sur un ensemble assez mat.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Guillaume CYPRIEN
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?