La Rochelle de retour aux affaires courantes

  • La Rochelle de retour aux affaires courantes
    La Rochelle de retour aux affaires courantes Abaca / Icon Sport - Abaca / Icon Sport
Publié le

Fraîchement qualifié pour la finale de Champions Cup, le Stade rochelais aborde désormais une fenêtre de trois matchs de championnat en huit jours.

Vite mettre de côté le plus grand exploit sportif de l’histoire du club pour s’assurer au plus tôt un billet en demi-finale de Top 14, sans passer par la case barrage. Tel le défi des Rochelais aux lendemains d’un dimanche presque hors du commun. Montpellier, Brive, Agen en l’espace de huit jours, voilà le copieux menu, sur le papier, qui attend les coéquipiers de Grégory Alldritt après avoir terrassé le Leinster (32-23) en demie de Champions Cup. « Digérer ? Ça va se faire assez vite, plaidait le flanker juste après la qualification. On a deux semaines avec trois matchs. Il va vite falloir basculer comme on l’avait fait pour Lyon, ça s’était bien passé. C’est là aussi où le groupe de quarante joueurs est primordial. Tout le monde est à fond, c’est ce qui fait notre force. » Mi-avril, une semaine après la démonstration en quarts de Coupe d’Europe, La Rochelle avait en effet su garder la bonne carburation pour s’imposer, avec la manière, 38-23 face au Lou. Cette fois, point de choc à l’horizon contre un concurrent direct pour le Brennus.

Mais l’enjeu est tout trouvé face aux mal classés. Avec quatre points d’avance et un match en moins sur son premier poursuivant au classement, Clermont, le dauphin du Stade toulousain a l’opportunité de faire un grand pas vers le dernier carré du championnat. L’occasion aussi, au GGL Stadium, de signer un sixième succès de rang, toutes compétitions confondues. Ce serait la meilleure série du XV jaune et noir, cette saison. Les Rochelais n’ont plus perdu depuis début mars.

La défense en alerte

À lire entre les lignes du discours de Jono Gibbes, dimanche soir dernier, La Rochelle a des choses à se faire « pardonner ». Le manager kiwi n’a que peu goûté les deux essais encaissés face à l’armada irlandaise. « C’est frustrant pour tout le monde. Il y a une exigence très, très haute autour de notre défense », glissait celui qui veut conclure en beauté son aventure sur les bords de l’Atlantique avant de retrouver le banc de l’ASM, à compter de l’intersaison. Le rideau le plus hermétique du Top 14 met un point d’honneur à resserrer les boulons, sans se soucier plus que ça de la configuration pour le moins atypique du calendrier. « Cette saison, quand ça a tourné, on a vu que le niveau de l’équipe ne baissait pas, voire augmentait », soulignait récemment Alldritt. Un confort de riche.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Romain ASSELIN
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?