Le Racing s’envole

  • Gaël Fickou (Racing 92) a été l'auteur d'un triplé ce samedi à Agen.
    Gaël Fickou (Racing 92) a été l'auteur d'un triplé ce samedi à Agen. Icon Sport - Baptiste Fernandez
Publié le

En prenant cinq points à Armandie, le Racing 92 s’est qualifié pour les phases finales et s’est mis dans les meilleures conditions pour les aborder.

Le Racing 92 a pris très au sérieux son déplacement en Lot-et-Garonne. Le président Jacky Lorenzetti était là, avec plus d’une soixantaine d’invités, tout comme l’équipe francilienne, armée de toutes ses stars, notamment dans les lignes arrières. Les premiers échanges témoignent de l’application des coéquipiers de Maxime Machenaud. Les Racingmen multiplient les temps de jeu, insistent dans l’axe, profitent de leur grand avantage physique pour dérouler sur les extérieurs. Donovan Taofifenua s’offre la première réalisation de l’après-midi à la faveur d’un très bon jeu au pied pour lui-même. Rapidement, le score gonfle grâce aux ballons portés. « Au début du match on voulait les affronter et on l’a bien fait, notait Yoan Tanga-Mangene, touché par la situation d’un club pour lequel il a évolué pendant deux saisons. Ça a libéré des espaces sur les extérieurs. » Et les individualités se sont exprimées, Gaël Fickou en tête, auteur d’un triplé. Le demi d’ouverture écossais Finn Russell a notamment pu jouer dans un fauteuil.

 

Objectif demi-finales


Peu après la pause, alors que le score est de 40 à 0 et les équipes s’affrontent à 15 contre 13, la faute à une grande indiscipline agenaise, le relâchement est inévitable. D’abord, parce que le manager francilien Laurent Travers a pu se permettre le luxe de ménager sa première ligne et Bernard Le Roux dès la mi-temps, histoire de les faire souffler. Ensuite, les échéances à venir pour les Racingmen ont sans doute occupé leurs esprits. Pour cela, le directeur sportif Yannick Nyanga ne s’est pas montré satisfait à l’issue de la rencontre : « La première mi-temps est plutôt correcte mais la deuxième n’avait ni queue ni tête. C’était un peu décousu. Quand on est le Racing, avec la qualité qu’on a, l’objectif ne doit pas être forcément comptable. Il doit être sur le contenu. Et sur le contenu, on a alterné le chaud et le froid. C’est bien car on n’arrivera pas avec trop de confiance la semaine prochaine. » Justement, le Racing ambitionne avec la réception du CA Brive de faire le maximum de points. Pour le talonneur Teddy Baubigny, cette ambition d’accrocher les deux premières places, synonymes de demi-finales directes, était claire : « Oui, autant monter le plus haut possible. On n’a pas notre destin entre nos mains mais on sait quelles équipes rencontrent nos adversaires directs. On espère un petit faux pas pour qu’on puisse monter. »
La capacité à marquer sur des situations difficiles, grâce aux qualités individuelles des Racingmen et surtout à leur faculté à lire le jeu, sera précieuse dans les moments plus disputés des phases finales. Mais le staff mené par Laurent Travers aura un œil avisé sur les examens médicaux que passeront Juan Imhoff et Virimi Vakatawa, tous deux sortis en cours de match. Le premier souffre de la cuisse, le second a pris un coup au dos. Ils pourraient être ménagés lors de la dernière rencontre de la phase régulière contre Brive, malgré l’importance qu’elle revêt pour éviter de passer par la case barrages.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?