Toulouse - La Rochelle : la revanche des « Européennes »

  • La revanche des « Européennes »
    La revanche des « Européennes »
Publié le , mis à jour

Il y a un mois, Toulouse remportait la finale de Champions Cup aux dépens de La Rochelle. Ce Vendredi soir, les retrouvailles pour le second tour hexagonal auront à la fois un goût de revanche et d’épilogue après une saison interminable. Midi Olympique vous dévoile les points forts des deux candidats encore en lice.

Il y a quelques semaines, l’Europe a basculé. Le Stade toulousain a repris le pouvoir qui fut le sien, au terme d’une lutte acharnée. Un succès étriqué (22-17) tel un scrutin où chaque bulletin doit être recompté. Comme pour le duel Biden-Trump du début d’année aux USA, des contestations ont même vu le jour. Botia devait-il être expulsé ? Qu’importe, finalement. Le Stade rochelais est en marche vers le succès et ne compte pas s’arrêter si près du but.

Sans doute a-t-il tiré des leçons de cet échec, et se voit proposer un second tour hexagonal à l’issue d’une campagne longue et fastidieuse. Souvent stressante. La saison 2020-2021 restera à jamais comme l’une des plus éprouvantes. Elle a usé les nerfs des uns et des autres, provoqué des crispations, fatigué les organismes. Mais les sondages ne se sont pas trompés.

Pour cet épilogue, retrouver le premier contre le deuxième du classement de la saison régulière, a quelque chose de logique. Et bien malin celui qui peut aujourd’hui distinguer le favori du challenger. Les cartes ont-elles été redistribuées depuis les « Européennes » ? Les internautes de Rugbyrama en sont convaincus… Nous vous livrons donc ici les forces en présence de chacun des deux candidats au Brennus, mais aussi tout ce qui les sépare, et vous racontons les coulisses de la campagne. Fermeture des bureaux de vote, vendredi 20 h 45. À vous, désormais, de vous faire une idée.

Sondages.
Sondages.

 

Les têtes de liste 

Les têtes de liste.
Les têtes de liste.

Premier ministre

 

Romain Sazy

Il est le leader naturel du Stade rochelais. Le symbole d’un système, d’une structuration pensée, d’une progression constante, d’une stabilité remarquable. Romain Sazy est à La Rochelle depuis 2010. Avec le club maritime, il a tout connu : une rétrogradation en Pro D2 en 2011, une remontée en 2014, une première demi-finale de Top 14 en 2017, puis une seconde en 2019. Le joueur s’est imposé, l’homme s’est façonné. Son charisme et son exemplarité en font la personnalité idoine pour le poste. Un seul défaut : sa carte de visite, avant cette finale, est encore mince. 

Romain Sazy (Stade Rochelais).
Romain Sazy (Stade Rochelais). Icon Sport - Icon Sport

Julien Marchand

Pour un tel poste, à ce niveau de responsabilités, d’aucuns vous diront qu’il n’est pas le plus causant, ni le meilleur client dans l’exercice médiatique. Mais allez donc demander à ses partenaires ce qu’ils en pensent. Le talonneur toulousain est un élément fédérateur. Baille, Aldegheri, Ramos et les autres se jetteraient dans le ravin, pour lui et avec lui. Il n’est d’ailleurs pas sans rappeler un illustre ancien de la maison rouge et noire : Thierry Dusautoir. Ni plus, ni moins. Le troisième ligne a d’ailleurs été le premier capitaine du jeune Marchand. Tout sauf un hasard…

Ministre de la défense 

 

Wiaan Liebenberg

Malgré une saison tronquée par des blessures à répétition et avec seulement seize «feuilles de match» (sur 26) sur la phase régulière, l’ancien capitaine des « Baby Boks », champion du monde des moins 20 ans en 2012 figure parmi les meilleurs défenseurs du Top 14. Une performance logique tant l’activité du flanker rochelais est immense. à l’image de Skelton, il est un rouage essentiel à la domination de son équipe dans le combat d’avants. Il est assurément le fer de lance de la défense rochelaise. 

Rynhardt Elstadt

À l’issue de la phase régulière, le Sud-Africain a terminé sur la troisième marche du podium des meilleurs plaqueurs. Seuls Lakafia et Lee ont fait mieux que lui. C’est dire l’importance de ce joueur dans le système toulousain. En demi-finale, face à l’Union Bordeaux-Bègles, il a confirmé son statut. Quinze plaquages effectués qui ont fait de lui le meilleur défenseur de la rencontre. Surtout, il est l’un de ceux qui parviennent le plus souvent à asséner des plaquages offensifs. Souvenez-vous de celui infligé à Sébastien Vahaamahina en finale du Top 14 de 2019. D’aucuns pensent que cette cartouche monumentale avait marqué le tournant de la rencontre. 

Rynhardt Elstadt (Toulouse).
Rynhardt Elstadt (Toulouse). Icon Sport - Icon Sport

Ministre des armées

 

Will Skelton 

Le meilleur recrutement de la saison tous clubs confondus. Avec lui, La Rochelle a franchi un cap. Skelton et ses 130 kilos collent parfaitement avec la philosophie du duo Gibbes-O’Gara, anglo-saxon pur jus. Pour eux, dominer le combat est une priorité. Or, l’activité de l’Australien dans le petit périmètre est sans égale. Il ne nettoie pas les rucks, il les vidange et les « purifie ». Il assure le boulot de deux, parfois trois joueurs à lui seul. Les ballons portés adverses ? Il les démembre, les fracasse. Un vrai tank. Allez donc demander aux Racingmen ce qu’ils en pensent ! 

William Skelton (Stade rochelais).
William Skelton (Stade rochelais). Icon Sport - Icon Sport

Rory Arnold

Quoi qu’il arrive, face à toutes les incertitudes qui existent devant, au Stade toulousain, le deuxième ligne australien aura un rôle primordial à jouer. Revenu tout juste pour la demi-finale après une blessure à une épaule, et encore amoindri physiquement, le Wallaby n’en reste pas moins un pion majeur du pack rouge et noir. D’abord par sa science de la conquête, lui qui profite de ses 2,08m pour rayonner dans l’alignement et qui s’avère tellement précieux sur les ballons portés, notamment adverses.
Ce vendredi soir, il devra durer à la pointe du combat.

 

Ministre de la jeunesse

 

Arthur Retière

Du haut de ses 23 ans, l’ailier du Stade rochelais a déjà vécu plusieurs vies. Avec France VII, il a fait le tour du monde, développant des qualités de vitesse et d’adaptation inouïes. Avec son club, il a déjà disputé deux demi-finales de Top 14. Une expérience précieuse avant de découvrir l’atmosphère d’un ultime rendez-vous historique pour le club maritime. Il aurait pu prétendre au ministère de la Relance tant sa saison fut chaotique, mais son statut de plus jeune rochelais sur la pelouse au coup d’envoi en fait un candidat idoine pour la jeunesse. 

Matthis Lebel

À 22 ans, l’ailier du Stade toulousain a véritablement explosé cette saison. Les chiffres témoignent. Avec 13 essais, il a terminé la phase régulière à la 2e place du classement des meilleurs marqueurs, juste derrière le Lyonnais Tuisova. On dit de lui que son instinct de tueur à l’approche des lignes en fait le digne héritier de Vincent Clerc. Il est aussi, derrière le Racingman Donovan Taofifenua (32), celui qui compte le plus grand nombre de franchissements (31). Bref, pour la jeunesse, il serait un porte-parole plus que crédible. 

Matthis Lebel (Toulouse).
Matthis Lebel (Toulouse). ActionPlus / Icon Sport - ActionPlus / Icon Sport

Ministre du travail

 

Grégory Alldritt

Il ne fait pas beaucoup de bruit, le troisième ligne centre du Stade rochelais. Mais alors, quel abattage ! Quelle activité. Alldritt, vous le retrouvez aussi bien au cœur des zones de combat que le long de la ligne de touche pour franchir ou assurer la conservation du ballon dans des zones à risques. Vous pouvez le croiser dans le second rideau, en repli ou une fois un franchissement effectué. Le travail pour le collectif, il connaît. Et toujours avec une propreté inégalée. à tel point que son nom circule également pour le ministère de l’écologie. 

Gregory Alldritt (Stade Rochelais).
Gregory Alldritt (Stade Rochelais). SUSA / Icon Sport - SUSA / Icon Sport

François Cros

S’il y en a un qui travaille pour l’équipe, c’est bien lui. Le troisième ligne est la cheville ouvrière du Stade toulousain. En fonction de la composition de l’équipe, il s’adapte. Et pour cause. Il sait tout faire. Besoin d’un profil « gratteur » ? Il va coller au ballon et mettre ses mains partout dans les rucks. Besoin d’un profil « coureur  » ? Il va mettre à disposition ses trois poumons. Besoin d’un profil aérien pour compléter l’alignement ? Il va être une cible pour le lanceur avec un timing de saut souvent parfait. Bref, il est celui qui permet le juste équilibre de l’équipe. 

 

Ministre de la relance

 

Brice Dulin

Relancer de ses 22 mètres ne lui a jamais fait peur. Le Rochelais est de ces arrières qui aiment jouer, trouver des espaces, gagner du terrain sans avoir recours au jeu au pied. Pas seulement. Si le ministère de la relance lui conviendrait parfaitement, c’est aussi parce qu’il colle au récent parcours de ce joueur. Souvenez-vous, il y a un peu plus d’un an certains l’avaient enterré, assurant que ses beaux jours étaient derrière lui. Le Racing 92 lui a d’ailleurs préféré Kurtley Beale. Dulin n’a rien dit, il s’est exilé pour mieux se relancer. Aujourd’hui, il est en finale. 

Cheslin Kolbe

Cela fait maintenant quelques semaines, peut-être quelques mois, que le champion du monde n’est plus à son meilleur niveau. Sa performance décevante en demi-finale vient en témoigner. Mais, les grands joueurs, comme les hommes politiques, ne meurent jamais. C’est même dans les grands rendez-vous, les finales comme les grands meetings, qu’on peut les retrouver. Et puis, la relance, ça lui parle à Cheslin. Des remontées fantastiques, il en a réalisé quelques-unes. Au point, souvenez-vous, de devenir le meilleur joueur du monde en 2019. 

Cheslin Kolbe (Toulouse).
Cheslin Kolbe (Toulouse). ActionPlus / Icon Sport - ActionPlus / Icon Sport

Ministre de l'intérieur

 

Tawera Kerr-Barlow

« J’ai le souvenir du quart de finale du Mondial entre la France et les All Blacks en 2015. Ce jour-là, Tawera Kerr Barlow était entré en jeu et avait mis deux essais placé au soutien intérieur d’un partenaire. » L’anecdote est d’autant plus savoureuse qu’elle est signée Antoine Dupont. Le Toulousain a confessé dernièrement dans ces colonnes s’être inspiré du Néo-Zélandais pour son sens du timing et du placement « intérieur ». Parce que le Kiwi, peut-être moins finisseur que Dupont, a aussi cette science du jeu lui permettant un sens de l’anticipation précieux. 

Tawera Kerr-Barlow (Stade Rochelais).
Tawera Kerr-Barlow (Stade Rochelais). Abaca / Icon Sport - Abaca / Icon Sport

Antoine Dupont

Qui d’autre que lui pour ce poste ? Depuis plusieurs mois, le demi de mêlée toulousain a été nommé à ce poste de « Ministre de l’intérieur » pour sa faculté à toujours se trouver au soutien de ses partenaires quand l’un d’eux prend un intervalle dans la défense adverse. Une caractéristique innée ? « C’est venu petit à petit en voyant des joueurs de l’hémisphère Sud le faire beaucoup  », rétorque l’intéressé. Et de citer spontanément Tawera Kerr-Barlow, son adversaire direct ce vendredi soir au Stade de France. 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?