Saga Rouen - Que faire de Jean Leleu ?

  • Jean Leleu (Rouen) devance Pierre Gayraud (Grenoble) en touche.
    Jean Leleu (Rouen) devance Pierre Gayraud (Grenoble) en touche. Icon Sport - Anthony Dibon
Publié le

Deuxième ligne très remuant ou troisième ligne de grand large, le jeune Normand Jean Leleu a grandi très rapidement. Où sera-t-il fixé ?

Si l’ailier international Gabin Villière incarne la figure totémique de la réussite rouennaise, le grand Jean Leleu est en passe d’y réaliser le tour de magie que tous ses dirigeants attendaient. Une équipe normande, veulent-ils ? Le parcours du joueur de Pont-Audemer alimente la certitude qu’une jeunesse locale bien entourée vaudra toujours autant que celle d’en bas. Il n’est pas passé par les centres de formation. Il a joué jusqu’à dix-neuf ans dans ce club d’Honneur que son père présidait encore il y a peu. Et alors qu’il y disputait sa première saison en senior, l’assurance de ce double mètre au déplacement aisé, avait frappé dans l’œil de l’un de ses adversaires avisés.

En quatrième année de kiné

Le Rouennais Greg Bouly, ancien professionnel à Aurillac, se finissait en ce dimanche après-midi avec des bons amis de l’équipe de Mont-Saint-Aignan. Quand il a monté quelques mois plus tard l’équipe espoir dont il avait la charge, il s’est souvenu de ce jeune type singulier, qu’il a contacté par Facebook. Voilà, c’était parti. Sur le hasard de la rencontre entre un vieux rigolard et cette jeunesse éclatante, une double licence sans engagement permettait à Jean Leleu de s’affirmer avec les espoirs rouennais. À peine deux années se sont écoulées depuis, qu’il achevait la dernière saison de Pro D2 sur vingt-deux feuilles de match et neuf titularisations. À vingt-et-un ans, personne ne comptait vraiment encore sur lui, ni lui-même d’ailleurs, et cet étudiant en kinésithérapie est devenu d’un coup un élément essentiel de ce quinze rouennais. "Alors que la fac nous propose de fractionner notre troisième année en plusieurs, j’avais décidé de la concentrer sur une seule année. Je ne pensais pas du tout jouer autant", explique-t-il. Il lui reste une quatrième année à valider, et ce jeune garçon à la tête bien pleine, fera partie de la liste très restreinte des rugbymen de haut niveau diplômés. Et à quelle place jouera-t-il cette saison ? "J’ai bien aimé cette expérience de troisième ligne aile", avoue le l’intéressé. Considéré comme un deuxième ligne droitier chez les jeunes, déplacé sur la gauche arrivé en seniors, il a vécu ses cinq dernières titularisations de Pro D2 dans le grand champ avec le numéro sept dans le dos. "Jean peut tout jouer, il est hybride, explique son recruteur et entraîneur Greg Bouly. Son aisance physique est assez fascinante pour un athlète de sa taille. Elle lui permet de couvrir beaucoup de terrain. Et il a développé une aisance dans les airs. Il commence à prendre des ballons d’une main dans les situations chaudes. Il doit progresser encore en défense, pour appuyer des plaquages offensifs. Mais il est intelligent et il peut vraiment tout jouer."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Guillaume Cyprien
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?