Top 14 - Toulon à l’heure des étoiles filantes

  • Jiuta Wainiqolo (RC Toulon) contre le Stade rochelais
    Jiuta Wainiqolo (RC Toulon) contre le Stade rochelais Icon Sport - Hugo Pfeiffer
Publié le , mis à jour

Jiuta Wainiqolo revenu de sélection et alors qu’Aymeric Luc et Gervais Cordin affichent une forme resplendissante depuis plusieurs semaines, le RCT peut enfin compter sur ses "joueurs frissons".

Le constat peut paraître terrible : le RCT est l’équipe qui a inscrit le moins d’essais (13) depuis le début de saison. Manque de repères ? Peut-être, mais de talent, certainement pas. En effet, avec Jiuta Wainiqolo, Gervais Cordin et Aymeric Luc (sans même parler de Cheslin Kolbe, en reprise, et de Gabin Villière, dans un profil bien plus complet), Toulon possède dans ses rangs trois pur-sang capables de se défaire de n’importe défenseur. Sauf qu’entre les blessures et les sélections, les trois joyaux du triangle d’arrières n’ont jamais réellement pu enchaîner. Mais depuis le retour du champion olympique sur la rade à l’issue de la tournée d’automne, Toulon semble (enfin) pouvoir compter durablement sur ses trois relanceurs. Une bonne nouvelle ? Et plus encore ! "Luc et Cordin sont des feux follets aux appuis incroyables. Wainiqolo a quant à lui un feu dans les jambes qu’on n’a pas vu depuis des années à Toulon, souriait à leur sujet Patrice Teisseire, ancien arrière du RCT. Ils vont vite, peuvent casser des plaquages et mettre le bazar dans n’importe quelle défense."

"Carte blanche sur la relance"

De retour et en forme, les trois "joueurs frissons" du RCT vont désormais devoir parvenir à trouver l’équilibre entre les relances décisives et celles qui peuvent mettre le collectif en danger. "Tu peux jouer un coup et traverser le terrain, mais il faut que ton équipe s’y prépare, sinon tu peux t’isoler, rendre le ballon et prendre un contre terrible. Il faut leur laisser carte blanche sur la relance, mais préparer les douze-treize autres mecs à jouer en ce sens." Comprenez que si Wainiqolo, Cordin et Luc appartiennent à la race des joueurs capables d’éliminer un félin dans une cabine téléphonique, il ne tient désormais plus qu’à eux de prouver qu’ils seront des jokers qui débloqueront des situations, bien plus que des artistes créant des déséquilibres. Comme sur l’essai de 60 mètres conclu par Paia’aua, après une relance de Wainiqolo et un bon relais de Luc contre le Lou ? Il appartient aux trois trublions de le confirmer dès ce week-end.

Pierrick ILIC-RUFFINATTI
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?