Carcassonne, un ton en dessous s'incline face à Oyonnax qui retrouve sa place de leader

  • Carcassonne, un ton en dessous s'incline face à Oyonnax qui retrouve sa place de leader
    Carcassonne, un ton en dessous s'incline face à Oyonnax qui retrouve sa place de leader Midi Olympique - Stéphanie Biscaye - Midi Olympique - Stéphanie Biscaye
Publié le , mis à jour

Vendredi soir, Oyonnax était plus fort. La défaite audoise est logique face à un adversaire qui a été supérieur dans tous les compartiments du jeu. L’USC est touchée, mais pas coulée.

Pour la troisième fois de la saison, l’USC est retournée aux vestiaires la tête basse et le moral dans les chaussettes. Après Mont-de-Marsan puis Provence Rugby c’est au tour d’Oyonnax de chanter dans les vestiaires. Autant les revers face aux Landais et Provençaux étaient vraiment frustrants, celui face aux « Oyomen » est dépourvu de toute déception. Vendredi soir, Oyonnax était tout simplement plus fort, mieux organisé et maître de son sujet. Après vingt-trois minutes de jeu, Oyonnax avait déjà pris une sérieuse option sur la victoire en menant 21 à 3.

« Notre entame est catastrophique, nous avons vraiment joué un ton en dessous, fait remarquer le manager audois, Christian Labit. Il faut reconnaître que nous avons été opposés à la meilleure équipe du championnat. Elle a été très pragmatique en nous perturbant sur nos points forts. Notre conquête a été moyenne, le jeu au pied pas vraiment performant. C’était vraiment compliqué pour exister. À la reprise, nous sommes revenus à 21 à 13. Mais par la suite, nous avons été trop approximatifs. Avant l’heure de jeu, nous gaspillons un pénaltouche, la tentative de Benoît Jasmin échoue en ballon mort. Oyonnax nous a montré que vouloir tutoyer le top 6 est une chose très exigeante. »

« Oyonnax nous a remis les pieds sur terre »

Une bonne heure après le coup de sifflet final, le capitaine, Romain Manchia n’a pas mâché ses mots sur la prestation des siens. « Oyonnax nous a remis les pieds sur terre. Après la victoire face à Nevers, une septième place au classement, on est devenus euphoriques. On s’aperçoit que nous sommes encore loin du top 6. C’est bien simple, il faut réagir. » Justement, le rachat est attendu vendredi prochain à Rouen. Un adversaire qui n’est pas candidat comme Oyonnax au Top 14, mais au maintien. Un face-à-face qui ne sera pas de tout repos pour les Audois. Cette semaine, on a bien compris que la semaine sera studieuse du côté d’Albert-Domec. 

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Didier Navarre
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?