Top 14 - Toulouse, un chasseur ne sachant plus tuer

  • Malgré une copie mitigée, les Stadistes ont eu l’occasion d’engranger des points. Mais, à l’arrivée, ils en ont encore perdu plusieurs précieux dans la course finale.
    Malgré une copie mitigée, les Stadistes ont eu l’occasion d’engranger des points. Mais, à l’arrivée, ils en ont encore perdu plusieurs précieux dans la course finale. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Malgré une copie mitigée, les Stadistes ont eu l’occasion d’engranger des points. Mais, à l’arrivée, ils en ont encore perdu plusieurs précieux dans la course finale.

Lors des deux derniers exercices de Top 14 (ceux qui sont allés à leur terme en 2019 et 2021), outre le fait de s’adjuger le Brennus, les Toulousains avaient pris l’habitude de posséder un matelas de points assez important pour gérer la fin de la phase régulière tout en assurant une place directe en demi-finale. Ce n’est pas le cas cette saison. Le champion n’est pas largué, avec six longueurs de retard sur le dauphin bordelais mais il est au milieu des poursuivants. De chassé, il est passé à chasseur. Et il doit regarder dans son rétroviseur pour ne pas sortir des six qualifiés. « Le calendrier va être chargé et ça dépendra aussi du parcours en Coupe d’Europe, avoue Antoine Dupont. D’un point de vue comptable, on n’aura pas de confort. Chaque match sera important et on espère que tout le groupe sera en forme, concerné jusqu’au bout. » À commencer par les internationaux qui n’ont pas de répit. « On était prévenus, ajoute-t-il. Le club a connu une période compliquée ces derniers mois et on a envie de se qualifier, de disputer des phases finales, ça passe par le fait de rejouer directement. On se reposera un peu plus tard peut-être. » D’autant que la défaite à Castres, à zéro point, est une mauvaise opération. « Avant de parler du classement, on va parler de rugby, place Jean Bouilhou. Quand on aura remis en place notre rugby, on parlera du classement. » Le temps presse.

Dupont : « Augmenter le curseur »

Si Toulouse n’a pas livré une copie des plus abouties samedi, il a eu l’occasion d’engranger. Comme il y est parvenu cent fois ces dernières années et encore en début de saison. Mais, depuis quelques semaines, ce n’est plus vrai  « On a encore trop d’approximations, un trop grand manque de précision et de rigueur pour gagner à l’extérieur, note Dupont. Il va falloir tous augmenter le curseur. » Après les points laissés en route au-delà de la sirène à deux reprises contre le Paris ou un « money time » mal négocié en double supériorité numérique à Pau, son équipe a vu le bonus défensif s’envoler sur le gong à Pierre-Fabre. « Il nous manque d’être tueurs dans les moments favorables, assure Bouilhou. On n’arrive pas à concrétiser à l’extérieur et cela fait plusieurs fois. On n’est toujours pas loin au score mais on revient sans aucun point. Il faut trouver ces ressources mentales, cet esprit pour faire basculer les matchs en notre faveur.  Ce qui a pourtant fait l’ADN de ce groupe.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?