Top 14 - La Rochelle : mission suprématie

  • Gregory Alldritt et les Rochelais entendent surfer sur le succès de leur campagne européenne pour dominer leur bête noire de la saison dernière, Toulouse. Ugo Mola et les siens sont prévenus.
    Gregory Alldritt et les Rochelais entendent surfer sur le succès de leur campagne européenne pour dominer leur bête noire de la saison dernière, Toulouse. Ugo Mola et les siens sont prévenus. Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

Face à leur bête noire, qui les a battus lors des six dernières confrontations et les a dominés deux fois en finale la saison dernière, les Rochelais entendent surfer sur leur récent titre européen pour contester un peu plus l’hégémonie toulousaine sur le rugby français. barrage sous tension.

L’histoire de ce sport est faite de rivalités suprêmes. Pour n’évoquer que les dernières décennies, à la fin des années 90 et au début du nouveau siècle, c’était le "Clasico" entre le Stade français et Toulouse. Dans les années 2010, il y eut évidemment la lutte entre Toulon et Clermont. Avec, à chaque fois, une opposition qui dépassait largement le simple cadre sportif. Depuis près de deux ans, la nouvelle bataille pour le (très) haut de l’affiche se dessine : Toulouse-La Rochelle. "La Rochelle est une équipe qui tourne bien ces dernières années et qui se retrouve régulièrement dans les phases finales, avoue le Toulousain François Cros. Nous avons aussi la chance d’y être et nous sommes amenés à nous croiser souvent…" Imaginez que ces deux clubs-là vont s’affronter en match éliminatoire pour la quatrième fois sur les trois dernières saisons qui sont allées à leur terme. Samedi, ce sera en barrage. Jusque-là, en demi-finale du Top 14 en 2019 puis en finale de Champions Cup et de championnat en 2021, les hommes d’Ugo Mola sont toujours sortis vainqueurs, allant jusqu’à décrocher le titre dans chacune des compétitions évoquées. Voilà qui signait l’hégémonie du Stade toulousain sur le rugby français, lui qui est aussi et de loin le plus gros pourvoyeur d’internationaux chez les Bleus. C’était parti pour durer… Sauf que le paysage a évolué en ce mois de mai 2022. Battus en demie de Champions Cup au Leinster, les Rouge et Noir n’ont pu décrocher une sixième étoile dans leur palmarès européen, quand les Maritimes ont accroché la première sur leur maillot, derrière l’impressionnant succès face à l’armada irlandaise à Marseille. En passant enfin ce cap décisif, les troupes du président Vincent Merling se sont débarrassées d’un complexe pesant, celui qui sépare les belles équipes des grandes. La Rochelle est désormais un géant.

Ce n’est sûrement pas fini entre les deux…

Qu’on le veuille ou non, les coéquipiers de Grégory Alldritt marchent dans les pas de ceux d’Antoine Dupont, auteurs d’un fantastique doublé l’an passé. Et ils ont commencé à grappiller du terrain, à contester leur suprématie. Ce qui rend la confrontation du week-end d’autant plus savoureuse. "Ce sont des matchs engagés à chaque fois, qui plaisent à tous, apprécie Cros. C’est une bonne chose à ce stade de la compétition." La saison rochelaise est d’ores et déjà réussie, gravée dans le marbre. Mais les verrous explosés du Vélodrome ont fait naître d’autres et légitimes ambitions. "On veut aller jusqu’au bout, clamait Uini Atonio dans ces colonnes la semaine passée. Notre objectif est toujours le même en Top 14 : faire mieux que la saison précédente." Sachant qu’ils avaient chuté sur l’ultime marche face à Toulouse au Stade de France, nul besoin de traducteur pour décrypter le message. Les Rochelais ont-ils encore les moyens de leurs ambitions ? Oui, c’est une évidence. Parce que le succès possède cette vertu magique de faire oublier la fatigue… Allez demander aux Toulousains. Les Rochelais sont-ils prêts à s’offrir le pouvoir du rugby hexagonal ? C’est tout l’enjeu. Et ils ne pouvaient rêver meilleur défi, face à leur bête noire qui reste sur six victoires d’affilée dans ce duel. Le pire ? Quel que soit le résultat samedi soir, chacun n’a pas fini de parler de ce nouveau classique, les deux formations étant certainement celles qui ont effectué les plus beaux recrutements en vue de la saison à venir.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?