Top 14 - Castres - Montpellier : la finale du jeu au pied !

  • Anthony Bouthier sera titulaire à l'arrière du MHR.
    Anthony Bouthier sera titulaire à l'arrière du MHR. Icon Sport
Publié le

Les demi-finales à Nice l’ont encore démontré : le jeu au pied prend une place prépondérante dès lors que les matchs de phase finale ont lieu.

« Cette finale, c’est l’apologie de la défense. De chaque côté, on a deux coffres-forts, deux défenses totalement hermétiques. » Les propos d’Imanol Harinordoquy, ancien international et consultant Midi Olympique, sont exempts de toute ambiguïté. Montpellier et Castres ont construit leur succès respectif en demi-finale sur un rideau de fer. À tel point que les interrogations s’accumulent à l’aube de cette finale de Top 14.

D’aucuns imaginent une rencontre fermée, cadenassée où le jeu au pied aura forcément une large place. D’abord, dans cette quête de l’occupation. Ensuite, pour marquer des points. On l’a vu lors du dernier week-end à Nice, toutes les opportunités doivent être concrétisées.

Ou comment expliquer autrement le choix de l’ouvreur montpelliérain Paolo Garbisi de tenter (et réussir) ce drop improbable en première période alors que le jeu se situait dans les 22 mètres de l’UBB et que Montpellier semblait en bonne position pour espérer mieux ? Un peu plus tard dans cette demi-finale, c’est l’arrière Anthony Bouthier qui en passait un second.

Le drop ressuscité en phase finale

« On l’avait travaillé cette semaine, a d’ailleurs confirmé l’arrière du MHR à l’issue de la victoire de son équipe. Ce sont les phases finales, il faut être opportuniste et pragmatique. Chaque fois que nous sommes entrés dans leur camp, on a marqué des points. Il faut garder ça en tête la semaine prochaine. » Le ton est donné. Cette finale sera celle du jeu au pied. Et pour cause…

Le Castres Olympique n’est pas en reste dans ce secteur de jeu. Au contraire. Certes, les hommes de Pierre-Henry Broncan n’ont pas inscrit de drop en demi-finale face au Stade toulousain. Mais comment ont-ils scellé leur succès ? Tout simplement par la grâce d’un merveilleux jeu au pied, signé Benjamin Urdapilleta, déposé juste dans le dos de la défense permettant à Julien Dumora d’inscrire l’essai de la victoire finale.

Une stratégie que l’on pourrait revoir ce vendredi au Stade de France, Imanol Harinordoquy en est convaincu. « Quand on a affaire à deux défenses de ce niveau, l’utilisation du jeu au pied dans le dos du premier rideau est une alternative très intéressante, dit l’international aux 82 sélections en bleu. Avec du jeu au pied par-dessus ou rasant ? À voir. Mais les deux rideaux défensifs qui vont se présenter au Stade de France sont très denses. Et sur ces deux demi-finales, j’ai parfois eu l’impression qu’il y avait peut-être de la place dans ces zones de jeu. Et même si ça ne fonctionne pas du premier coup, ça a le mérite de calmer les ardeurs de la défense et éventuellement d’ouvrir plus d’espaces. L’équipe qui parviendra à déplacer le ballon un peu plus que l’autre, pour étirer la défense, aura sans doute plus de chance de toucher le Brennus. Ça va être intéressant sur le plan stratégique. »

Vers un duel de buteurs ?

Et si cela ne passe pas par ce type de stratégie, les deux équipes ont en leur possession des artilleurs de premier ordre. Allez donc demander aux Bordelais ce qu’ils en pensent, eux qui ont vu Gela Aprasidze inscrire deux pénalités de plus de cinquante mètres dans les dix dernières minutes, permettant ainsi à son équipe de faire la différence au tableau d’affichage.

De l’autre côté, Benjamin Urdapilleta est un buteur fiable. Avec 85,5 % de réussite face aux perches, il est le quatrième buteur le plus adroit de la saison régulière. Bref, vous l’avez compris, les deux équipes risquent de vouloir prendre leur pied dans cette finale.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?