Opérations : le "moins mauvais" des moments pour les hommes de Galthié

  • Opérations : le "moins mauvais" des moments pour les hommes de Galthié
    Opérations : le "moins mauvais" des moments pour les hommes de Galthié Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Pour certains, comme le pilier gauche Cyril Baille, il convient de passer par la case opération dès maintenant pour soigner les bobos récalcitrants et se donner toutes les chances d’être à 100 % physiquement au Mondial 2023.

Certes, l’accumulation de blessures récentes chez les internationaux a de quoi faire frissonner l’encadrement et les supporters du XV de France. Mais il faut aussi "relativiser" (autant que cela est possible) pour certains cas, lesquels ont mis à profit le timing actuel pour soigner les bobos. L’exemple le plus parlant ? Sûrement celui du pilier gauche Cyril Baille, considéré comme l’un des meilleurs joueurs du monde à son poste et cadre du pack des Bleus. L’intéressé avait souffert des adducteurs durant les cinq derniers mois de la saison passée mais, entre le grand chelem à aller chercher et les phases finales avec le Stade toulousain, il avait serré les dents comme il l’expliquait mercredi sur le plateau de nos confrères de Via Occitanie, espérant que la douleur disparaîtrait avec le repos estival. Mais, dès ses premières courses à la reprise de la préparation, il a senti que ce n’était pas le cas. En concertation avec le staff de son club et de la sélection, il a choisi de se faire opérer et ainsi de rater les deux premiers mois de compétition au minimum.

En clair, à un an de la Coupe du monde, Baille a "profité" du début de saison pour effectuer cette intervention chirurgicale et revenir à 100 % physiquement. Son forfait pour les tests de novembre a même été annoncé et, si lui-même a indiqué qu’il espérait un retour sur les terrains fin octobre, il a aussi expliqué qu’il lui serait difficile de postuler pour la tournée d’automne avec si peu de rythme dans les jambes. Comprenez que son manager Ugo Mola – comme il l’a répété cet été - et le sélectionneur Fabien Galthié ne comptent prendre aucun risque avec la santé de leurs hommes, qui plus est quand il s’agit d’éléments majeurs dont ils auront bien besoin dans les mois suivants.

Le pilier droit de Lyon, Demba Bamba, qui ne rejouera pas en 2022, a aussi subi une intervention au niveau d’un de ses genoux, ce qui devrait lui permettre d’être en pleine forme pour postuler au Mondial. Autant dire que la période est propice pour ce genre d’opérations.

Aucun retour précipité

De la même façon, aucun retour n’est précipité et cela répond une nouvelle fois à une logique similaire. Pour l’heure, l’urgence de points ne se fait pas encore sentir en Top 14 et les échéances internationales ne sont pas immédiates. Il est évident que le deuxième ligne toulousain Thibaud Flament, touché à une cheville en début de préparation, a pris le temps nécessaire à son rétablissement avant d’effectuer son retour ce week-end. Idem pour l’ailier Gabin Villière, opéré de la cheville gauche en juin et qui s’arme d’impatience avant de retrouver les pelouses, peut-être mi-octobre. Là encore, le staff du RCT ne fera pas n’importe quoi avec son international.

Comme pour le Clermontois Damian Penaud, qui était revenu voilà deux semaines avant de regagner l’infirmerie en raison d’un souci à une épaule. Pas question de le mettre en danger pour gratter une semaine. Et, pour ce qui est du flanker François Cros, opéré d’un genou récemment après avoir fait une "rechute" deux minutes avec son entrée en jeu pour son retour de blessure, il ne rejouera pas avant 2023. Mais là encore, lui doit se dire qu’il valait mieux en passer par là maintenant…

Alors, Fabien Galthié doit adapter ses plans pour l’automne et composer sans plusieurs de ses hommes de base mais nul doute qu’il tremblera bien davantage à partir de janvier ou février, quand la moindre blessure pourrait commencer à mettre en péril une participation à la Coupe du monde

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?