Top 14 - Pour Bayonne, un match comme un autre à Brive…

  • L'ancien Palois est très satisfait de l'état d'esprit de ses hommes.
    L'ancien Palois est très satisfait de l'état d'esprit de ses hommes. Icon Sport - Baptiste Fernandez
Publié le

L’Aviron bayonnais commence-t-il son championnat, celui d’en bas, face à Brive ? Les Bayonnais s’en défendent et n’ont, pour l’instant, pas mis de priorité.

Un match primordial pour le maintien ! Bien des suiveurs s’accordent à qualifier ce rendez-vous comme un challenge à ne pas perdre, un match à huit points. Certes, mais l’approche des Bayonnais ne s’inscrit pas sous cet angle, mais plutôt dans la continuité de leur début de saison. D’ailleurs, dès son arrivée, Grégory Patat avait insisté : "Nous ne ciblerons pas les matchs !" En y regardant de près, force est de constater que l’Aviron a joué toutes ses chances à fond dans ses déplacements à Toulon et à Paris, sans se ménager, revenant à chaque fois avec des regrets. Alors ce voyage dans la Corrèze ne sera que dans ce prolongement, ni plus ni moins. "Tout le monde fait de ce match l’un de ceux du maintien, avise Joël Rey. Ce n’est pas le cas. Sur les quatre premiers, on a tout fait pour engranger des points. On a été combatif, efficace. On ne s’est pas posé la question de savoir si notre adversaire était supérieur à nous ou pas. Le match de Brive, ce sera pareil."

L’Aviron se déplacera avec ses armes, celles qui lui ont permis de battre deux prétendants au titre, le Racing et l’UBB. Presque inespéré : "En ce moment, l’état d’esprit me rassure, continue l’entraîneur des avants. Il est fabuleux. Je m’étais dit, que si on gagnait un match sur les quatre premiers, ce serait bien. Avec deux victoires, c’est très bien. Tous les joueurs ont envie d’en découdre. C’est le privilège des petits. Mais les Brivistes sont comme nous."

Cohésion, engagement et défense

Les autres forces de Bayonne résident dans la cohésion, l’engagement et aussi la défense. "Ça reste le maître mot à l’extérieur, continue l’ancien Palois. Si on tient dans ce secteur, c’est déjà une partie du chemin de fait." Les Basques, pour tenir tête aux Corréziens, devront garder le même niveau d’exigence que lors des quatre premiers matchs, malgré le trou à Toulon. "Dans ces moments-là, attention à celui qui va craquer avant l’autre." Quelle que soit l’issue de ce rendez-vous, le bilan de l’Aviron est, pour l’instant, équilibré si ce n’est plus. Mais pour Joël Rey, le principal réside dans l’attitude de ses joueurs : "Je suis impressionné pas leur capacité à se mettre au niveau de l’équipe en face !" Et demande encore à l’être lors de ce déplacement.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Edmond LATAILLADE
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?