Top 14 - Tom Ecochard (Perpignan), le guide pratique

  • Après dix années sous les couleurs de l’Usap, le demi de mêlée Tom Ecochard s’est rendu indispensable au staff perpignanais. Samedi il devra réaliser une performance identique au week-end dernier.
    Après dix années sous les couleurs de l’Usap, le demi de mêlée Tom Ecochard s’est rendu indispensable au staff perpignanais. Samedi il devra réaliser une performance identique au week-end dernier. Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

À bientôt 30 ans, Tom Ecochard fait profiter l’Usap de son expérience et de son sens stratégique. Depuis une décennie, le numéro neuf est un serviteur du collectif. Contre vents et marées.

Dans trois mois, jour pour jour, Tom Ecochard fêtera un anniversaire marquant. Le 30 décembre 2012, le demi de mêlée avait effectué sa première apparition avec l’équipe fanion de l’Usap, à l’occasion d’un déplacement à Toulon (46-13). En dix saisons, le natif de Narbonne, arrivé à Aimé-Giral à 16 ans, n’a connu qu’un club mais est passé par tous les états : il a été grand espoir de l’élite, cadre majeur en Pro D2, capitaine lors de la saison galère en 2018, finisseur polyvalent à la charnière et même intermittent du spectacle en début de saison passée.

Depuis le début de l’année, il a retrouvé une place prépondérante au sein du collectif catalan. "Il est passé par des moments difficiles mais il en est revenu, explique David Marty. J’ai toujours été très clair avec Tom. Ce qui prime, c’est le bien de l’Usap et l’on essaye d’être le plus objectif possible dans nos choix. Sa place, il faut la gagner sur le terrain. C’est ce qu’il a su faire." Avec de bonnes entrées en jeu puis des performances abouties comme titulaire la saison passée. Sa qualité technique, sa vision stratégique, son abnégation et son sens du devoir l’ont de nouveau rendu indispensable, son association avec Tristan Tedder étant un des repères forts de la formation sang et or : "Ils s’entendent bien, Tom est plus posé et Tristan un peu foufou."

"Un match à l’image de Tom"

Samedi dernier, face à Toulon, les deux demis ont posé leur empreinte sur les débats avec une vista et un réalisme à toute épreuve. Dans l’occupation et la gestion, ils ont donné la leçon à Serin, Paillaugue et compagnie. "J’essaye juste de faire les meilleurs matchs possibles, c’est tout", balayait d’un revers de main l’intéressé, modèle d’humilité. Le Perpignanais d’adoption est ainsi : il ne se plaignait pas quand son temps de jeu était réduit à peau de chagrin, il refuse de s’enorgueillir maintenant qu’il enchaîne les titularisations. Ceux qui parlent le mieux de son cas, ce sont évidemment les autres : "Tom, je le connais bien, je l’ai vu démarrer. C’est un des fidèles soldats de l’Usap. C’est un gars qui donne tout pour ce club, il a un état d’esprit remarquable. Et c’est un 9 très intelligent qui maîtrise l’ensemble des paramètres de son poste." L’entraîneur en chef a vu, samedi dernier, tout ce qu’il aime chez son demi de mêlée : "Le match qu’il a réalisé contre Toulon est à l’image de Tom, avec de la lucidité, de l’intelligence, de la combativité. Il sait ce que l’on attend de lui et ce que l’on veut faire à l’Usap."

Face à Castres, le numéro 9 devra rééditer une performance similaire à celle de Toulon : avec un maximum de justesse et d’efficacité. "Le CO est une équipe difficile à manœuvrer et qui se nourrit de pas grand-chose", prévient David Marty. Du haut de ses dix saisons en sang et or, Tom Ecochard le sait très bien.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?