Top 14 - Sur le terrain comme en coulisses, Clermont est en ébullition

  • Les enjeux pour Clermont et les hommes de Jono Gibbes
    Les enjeux pour Clermont et les hommes de Jono Gibbes Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

Sur le terrain ou en coulisses, Clermont mange son pain noir depuis la défaite contre Bayonne à domicile. Au bord de la crise, l’ASM est dos au mur.

C’était le 15 octobre 2022. Solides dans le combat et diablement pragmatiques, les Clermontois s’étaient sortis d’un périlleux déplacement à Perpignan, où plusieurs cadors se sont déjà cassés les dents (Toulon, Castres, Lyon, Bordeaux-Bègles). Quatrièmes, les Auvergnats s’avançaient contre l’UBB dans une sérénité inédite depuis des lustres. Mais le match nul face aux Bordelais, l’occasion manquée à Castres et, surtout, la défaillance majeure contre Bayonne ont gâché la bonne entame de championnat de l’ASM. La dernière sortie des jaune et bleu au Racing 92 n’a d’ailleurs pas calmé les supporters auvergnats, furieux de l’absence de combat de leurs joueurs, et sonnés par une composition d’équipe (très) remaniée. En un mois, Clermont a tout perdu, ou presque, dégringolant de la quatrième à la onzième place.

L’ASM n’a pas été épargnée par les blessures, avec un pic à vingt absences (!) contre l’Aviron, mais le manque d’engagement fut plus que criant. De quoi faire souffler Yohan Beheregaray, à la veille d’une réception capitale contre Montpellier. « En début de saison on est parti avec une ligne directrice claire et on s’en est écarté. En début de saison, on cabossait nos adversaires alors qu’aujourd’hui on attend des exploits personnels. On est moins précis et agressif sur ce qu’on fait. Mais on s’est expliqué lundi, il ne reste plus que les actes. On est peut-être tombé dans une routine et on n’allait pas au bout des choses. Maintenant, le plus dur est fait, on a identifié le problème et il faut vite remettre les choses dans l’axe. » Pour ce faire, l’ASM doit faire émerger de vrais leaders, en l’absence d’Arthur Iturria.

Clermont en manque de chefs

Le carton rouge du Basque a sans doute causé plus de mal que prévu. Sans son flanker, Jono Gibbes a donné le capitanat à Sébastien Vahaamahina puis Anthony Belleau lors des deux dernières rencontres. Deux expériences peu salvatrices, alors que l’ouvreur avait déjà reproché au deuxième ligne un choix de pénaltouche en fin de rencontre contre Bayonne. Le problème étant que l’ancien toulonnais n’a pas franchement rassuré ses coéquipiers en ratant une pénalité face aux perches au Racing 92. Depuis le début de saison, le numéro 10 clermontois stagne à 60% de réussite et peine à accélérer le jeu auvergnat.

Top 14 - Jules Plisson (Clermont)
Top 14 - Jules Plisson (Clermont) Midi Olympique - PATRICK DEREWIANY

C’est également depuis la suspension d’Iturria que l’ASM faillit nettement dans le combat, de quoi énerver les aficionados auvergnats. « Bien sûr que je comprends cette colère, cela nous fait un pincement ! On est les premiers à être énervés, on ne met pas le maillot pour faire de la figuration, et on est vraiment déçu pour les gens qui nous suivent… pas ceux qui s’amusent à nous descendre sans arrêt », poursuit le talonneur. Sportivement, Clermont est plus attendu que jamais cette saison. Le mois de décembre sera d’ailleurs brûlant pour les Auvergnat. Mais les supporters attendent impatiemment l’annonce du recrutement, prévu courant décembre (voir entretien de Didier Retière).

Un mois de décembre infernal

« Ça me fait ch*er mais je lui souhaite le meilleur et je sais qu’il va tout donner pour finir au sommet. Il a annoncé son départ par message et cela a été bien accueilli par tout le groupe. » Le départ d’Iturria pour Bayonne a été dûr à encaisser pour Yohan Beheregaray. Au-delà du coup dur sportif, l’ASM a envoyé un message négatif à la France du rugby, ne réussissant pas à retenir son capitaine. Le dossier Damian Penaud semble donc être la clé de voûte du projet « Clermont 2025 » voulu par Jean-Michel Guillon l’été dernier, avec l’objectif de conquérir la Champions Cup dans trois ans. Mais avant de rêver d’une première étoile, l’ASM doit se remettre la tête à l’endroit ce week-end pour ne pas plonger dans une crise sans précédent. Après le MHR, Clermont défiera les Stormers (champion d’URC), Leicester (champion d’Angleterre) et Brive dans un bouillant derby. Un mois de décembre de « phases finales » selon le talonneur clermontois, le moment d’arrêter les cadeaux, surtout.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Clément LABONNE
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?