[Revue de l’élite/Numéros 9] Machenaud s’intalle

  • [Revue de l’élite/Numéros 9] Machenaud s’intalle
    [Revue de l’élite/Numéros 9] Machenaud s’intalle
Publié le / Mis à jour le

Titulaire au Racing 92, finaliste de la Coupe d’Europe et champion de France, Maxime Machenaud signe la saison la plus complète de sa carrière. Celle aussi, qui l’a vu faire un retour remarqué en Bleu.

Tête basse, regard humide, Maxime Machenaud a longtemps cru qu’il avait sabordé sa belle saison sur ce geste. Celui de trop, dès la dix-huitième minute de la finale de Top 14, où il soulevait Matt Giteau de terre avant que l’ouvreur australien ne retombe sur la tête. « La faute est bien réelle quand on voit les images. Mais je pense que Giteau a bien joué le coup et il aurait pu se faire mal un peu tout seul. Je n’avais pas l’intention de le renverser », regrettait le joueur dans nos colonnes, après le match.

Un geste dangereux ? Certainement pas. Méritant une exclusion définitive ? Aucun doute, selon la stricte application de la règle. Ce pourquoi Mathieu Raynal, l’arbitre de la finale, est payé. Et qu’il fit, sans que cela soit sujet à débat.

« La déception restera toujours »

Sur le coup, on se dit que l’image pourrait finalement bien résumer la saison de Machenaud. Le numéro 9 du Racing a été impactant toute l’année, sur ses adversaires directs comme sur le jeu de son équipe. Il a aussi raté, pendant trop longtemps, la dernière marche. En équipe de France, son retour en grâce, lors des trois derniers matchs du Tournoi et après avoir suivi la Coupe du monde depuis son canapé, s’est soldé par trois défaites (10-19 au pays de Galles, 18-29 en Écosse, 21-31 face à l’Angleterre). En Coupe d’Europe, il a été un des grands artisans de la belle épopée du Racing mais a vécu un samedi noir : blessé dès la première période de la finale face au Saracens, il a constaté, impuissant depuis le banc de touche, la nette domination des Londoniens sur son équipe.

Ter repetita au Camp Nou ? Il n’en fut rien, ses coéquipiers réalisant l’improbable exploit de surclasser les Toulonnais à 14 contre 15. « Tout le monde a envie de jouer une finale. Pour moi, il existera toujours un petit goût d’inachevé et c’est évident que j’aimerais l’effacer un jour en gagnant une autre finale. La déception restera toujours car j’ai envie de vivre ces très grands moments. J’ai gâché cette finale par ma faute. Mais l’essentiel et le plus important pour tout le monde, c’est bien sûr le titre ».

Soigner le rythme

À 27 ans et désormais fort d’une solide expérience internationale (23 sélections), Maxime Machenaud entame les plus belles années de sa carrière. Celles, pour un demi de mêlée, qui vont lui permettre d’allier de la fraîcheur physique à une certaine science du jeu, pour assurer au mieux le tri des ballons et permettre à son équipe de jouer à son rythme.

C’est sur ce dernier point qu’il lui faut encore progresser. Quand Machenaud aura réglé ses quelques déchets de transmission et qu’il sera capable par ses seules décisions, d’influer sur le rythme d’une rencontre, il comptera définitivement parmi les grands numéros neuf de la planète rugby. 

Le classement

1. Maxime Machenaud, Racing
Né le 30 décembre 1988 - 1,74 m ; 87 kg
Temps de jeu : 1 658 minutes - Points : 171
International français - 23 sélections

2. Benoît Paillaugue, Montpellier
Né le 17 novembre 1987 - 1,72 m ; 74 kg
Temps de jeu : 1 885 minutes - Points : 172

3. Baptiste Serin, Bordeaux-Bègles
Né le 20 juin 1994 - 1,76 m ; 80 kg
Temps de jeu : 1 351 minutes - Points : 103
International français - 2 sélections

4. Morgan Parre, Clermont
Né le 15 novembre 1988 - 1,76 m ; 84 kg
Temps de jeu : 1 460 minutes - Points : 213
International français - 66 sélections

5. Teddy Iribaren, Brive
Né le 25 septembre 1990 - 1,70 m ; 67 kg
Temps de jeu : 1 008 minutes - Points : 26

6. Sébastien Bézy, Toulouse
Né le 22 novembre 1991 - 1,75 m ; 75 kg
Temps de jeu : 1 731 minutes - Points : 187
International français - 7 sélections

7. Samuel Marques, Pau
Né le 8 décembre 1988 - 1,72 m ; 79 kg
Temps de jeu : 1 084 minutes - Points : 108

8. Rory Kockott, Castres
Né le 25 juin 1986 - 1,80 m ; 90 kg
Temps de jeu : 1 304 minutes - Points : 137
International français - 11 sélections

9. Julien Dupuy, Paris
Né le 19 décembre 1983 - 1,78 m ; 81 kg
Temps de jeu : 1 138 minutes - Points : 5
International français - 8 sélections

10. Jonathan Pellisie, Toulon
Né le 6 juin 1986 - 1,79 m ; 83 kg
Temps de jeu : 1 606 minutes - Points : 224
International français - 1 sélection

Les autres classements

LES ARRIERES
LES AILIERS
LES CENTRES
LES NUMEROS 10

Léo Faure
Voir les commentaires
Réagir