• Les joueurs lyonnais ont repris le chemin de l’entraînement, renforcés par un recrutement porté sur l’avenir, avec notamment trois champions du monde U20.
    Les joueurs lyonnais ont repris le chemin de l’entraînement, renforcés par un recrutement porté sur l’avenir, avec notamment trois champions du monde U20. Photo Arthur Maleo - Lou / Photo Arthur Maleo - Lou
Publié le / Modifié le
Top 14

Lyon : la carte jeunes

Convaincus que leur progression au plus haut niveau passe davantage par le développement de leur équipe, les lyonnais ont profité de leur recrutement pour réaliser une cure de jouvence, destiner à les emmener au plus haut niveau à moyen terme

Quelle est la recette du succès pour une équipe de rugby ? Au vrai, depuis l’avènement du salary cap qui, couplé au système des Jiff, empêche le président qui le voudrait de bâtir une équipe à grands coups de transferts, il n’y en a plus beaucoup d’autres que celle de construire patiemment, sur le long terme, afin de progresser en tant qu’équipe. Et il va sans dire que Pierre Mignoni a effectué ce constat bien avant nous… Voilà pourquoi, au-delà d’un certain dégraissage, le manager du Lou a procédé à un considérable rajeunissement de l’effectif. La preuve ? Sur la douzaine de départs enregistrés, la moyenne d’âge était supérieure à trente ans (même en prenant en compte le départ du jeune Adrien Séguret, prêté pour une saison à Mont-de-Marsan), tandis que les neuf recrues affichent une moyenne à peine supérieure à 23 ans (seuls Chiocci, Devisme et Tuisova ayant 25 ans ou plus). Si ce n’est une politique, cela y ressemble, d’autant que le Lou avait particulièrement ciblé la génération des champions du monde U20 de 2019, attirant dans ses filets rien moins que trois titulaires avec Clément Laporte, Killian Geraci et Demba Bamba, ce dernier ayant même brûlé les étapes au point de participer à la prochaine Coupe du monde. "Globalement, grâce à notre recrutement nous aurons une équipe beaucoup plus jeune que l’an dernier, et on veut travailler en fonction de cette jeunesse, nous expliquait Mignoni dans la semaine. Cela fait partie de la construction et de l’évolution de ce club. Il y a déjà eu du très bon travail effectué par Laurent Mignot, qui est parti pour des raisons exceptionnelles. Notre souhait, c’est d’amplifier les passerelles avec les équipes de jeunes cette saison. C’est pour cela que j’ai insisté pour que cette année, David Gérard entraîne aussi les espoirs, et qu’il y ait en plus quatre entraîneurs à plein temps dédiés aux U18 et aux U22 (Ousmane Touré et William Morgan pour les U18, Clément Fromont et Cédric Béal pour les espoirs, N.D.L.R.), sans parler de l’arrivée de Philippe Agostini qui travaillera en parallèle du secteur pro et sera directeur sportif du Lou, des U16 aux U22. "

Crise de jeunisme ? Certainement pas. Le fait est que le Lou a su se poser les bonnes questions et se convaincre qu’à l’heure actuelle, il semble illusoire de songer accrocher une équipe comme Clermont, ainsi que la dernière demi-finale l’an encore démontré. Sauf en travaillant de manière cohérente pour faire progresser et ambitionner un titre sur le moyen terme… À l’image de ce qu’a pu réussir le Stade toulousain sur les trois dernières saisons, en somme ? On ne voit pas meilleur exemple, pour tout dire. Les Toulousains ayant su franchir les étapes les unes après les autres, en se servant de la Champions Cup comme d’un tremplin, pour amener leur équipe au plus haut niveau…

Franchir un cap en Coupe d’Europe

Un autre parallèle, qui n’est évidemment pas anodin au vu du zéro pointé réalisé par le Lou en 2018-2019. "Lorsque le tirage est tombé l’an dernier, je ne voulais pas que nous traînions cette compétition comme un boulet, avouait Mignoni. Traverser une compétition sans gagner le moindre match, ça ne fait évidemment jamais plaisir… Et pourtant, paradoxalement, c’est une compétition qui nous a beaucoup aidés dans notre construction d’équipe, dans le sens où elle a permis à certains joueurs de se confronter à ce qui se faisait de mieux au niveau européen, à changer d’horizons. C’était très enrichissant, et nous sommes vraiment très heureux de disputer à nouveau la Champions Cup cette saison. Le premier objectif sera bien sûr de remporter au moins un match et de nous rapprocher encore des meilleurs, d’autant que le tirage de cette année me paraît plus homogène et me plaît beaucoup. " De quoi franchir une nouvelle étape dans la construction de ce qui demeure une très jeune équipe. Et lui permettre de gagner plus encore les faveurs et le cœur du public lyonnais, probablement le chantier le plus important du club en vue des prochaines saisons, ainsi que les demi-finales l’ont là aussi souligné.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir