• Brice Dulin marque un essai contre agen
    Brice Dulin marque un essai contre agen Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Saga Racing 92

Ligne par ligne : des jeunes à tous les étages !

Arrières

Ils sont deux à postuler. L’an passé, l’Irlandais Simon Zebo avait impressionné durant les deux premiers tiers de la saison, avant de s’éteindre un peu. Cette année, Brice Dulin compte bien revenir en jeu. Il se dit que sa préparation est excellente et qu’il revient en très grande forme. à ce poste, Dupichot peut aussi dépanner.

Ailiers

Juan Imhoff et Teddy Thomas semblent être les favoris pour occuper ce poste d’ailier. Ces deux pointures internationales ne seront pas à la Coupe du monde pour différentes raison mais pour le plus grand bonheur de Laurent Travers. Louis Dupichot, fort d’une progression exponentielle, postule également. Laborde, en provenance de Mont-de-Marsan, peut couvrir le poste, mais ce dernier est venu avec l’objectif de se fixer au centre. Enfin, Baptiste Lafond, de retour du Stade français, aura peut-être une carte à jouer.

Centres

Henry Chavancy est l’indispensable à ce poste. Celui qui guide une équipe et montre l’exemple. Son association avec Virimi Vakatawa est explosive. Ces deux-là, sans doute déçus d’avoir raté le vol pour le Japon, auront à cœur de s’afficher à leur meilleur niveau. Olivier Klemenczak, révélation de la saison dernière, poursuit sa progression. Tout comme Léo Paris, dont on dit le plus grand bien. Enfin, Dorian Laborde, peut se révéler être la bonne pioche (lire ci-dessous).

Ouvreurs

François Trinh-Duc est la seule recrue de standing internationale cette saison au Racing. Il n’a pas été retenu pour le Mondial au Japon, il sera donc probablement aux commandes du jeu francilien en début de saison. Avec lui, le jeune Antoine Gibert, qui couvre aussi le poste de demi de mêlée, est attendue comme une des révélations de la saison. évidemment, après le Mondial, le retour de l’écossais Finn Russell devrait engendrer une redistribution des cartes. Quant au Fidjien Ben Volavola, sa polyvalence est un atout.

Demi de mêlée

Le patron à ce poste, c’est Maxime Machenaud. Seulement, en son absence pour cause de Mondial, Teddy Irribaren, souvent tranchant la saison dernière, a une carte à jouer. Sa vitesse et son sens du jeu en font un excellent animateur. Il pourrait bien prendre une plus grande envergure au sein de la formation francilienne. Enfin, le Racing a recruté, en qualité de joker Coupe du monde, l’écossais Sam Hidalgo-Clyne. Non mondialiste, il compte tout de même 9 sélections avec le XV u Chardon. Vif et doté d’une bonne qualité de transmission, il sera une alternative intéressante.

Numéros 8

L’expérience d’Antonie Claassen n’est plus à prouver. L’an passé, après un démarrage poussif, il avait retrouvé son niveau de performance. Seulement, la jeunesse pourrait bien prendre le pouvoir. Recruté en qualité de joker Coupe du monde, mais qui restera francilien a l’issue de son contrat, Yoan Tanga-Mangene, venu d’Agen, a toute les qualités pour s’imposer au sein de l’effectif. Toutefois, on mise gros sur l’éclosion au plus haut niveau de Jordan Joseph. Celui que l’on annonce comme la futur star du rugby français va vivre sa deuxième saison au plus haut niveau. Après une première année de découverte, il devrait s’imposer comme le fer de lance du paquet d’avants ciel et blanc.

Troisième ligne aile

Wenceslas Lauret sera absent en début de saison pour cause de Coupe du monde. Dans le jeu francilien, il reste toutefois un rouage essentiel. Tout comme Bernard Le Roux, retenu lui aussi malgré sa suspension l’empêchant de participer aux matchs de préparation. Dans leur sillage, Baptiste Chouzenoux s’est imposé comme un pion quasi-indispensable. Ses qualités aérienne en font un des meilleurs preneurs de balle en touche mais aussi un excellent "contreur". L’an passé, le centre de formation francilien a encore délivré une pépite. Boris Palu est devenu un élément à part entière du groupe pro, en témoigne sa titularisation lors du match de barrage contre La Rochelle au détriment de Nakarawa. Enfin, on dit le plus grand bien d’Ibrahim Diallo. Ce jeune joueur, lui aussi venu du centre de formation, a obtenu sept apparitions en Top 14 l’an dernier. Sans doute en aura-t-il bien plus cette saison.

Deuxième ligne

C’est peut-être le poste où le Racing est le moins bien doté. Non pas en qualité, mais en quantité. Leone Nakarawa retenu avec les Fidji, ils ne seront que deux vrais spécialistes du poste en début de saison. Aussi le Néo-Zélandais Dominic Bird devrait-il avoir plus de temps de jeu. Parfosi décevant la saison dernière, il a eu du mal à s’adapter. Quant à l’international irlandais Donnacha Ryan, il est un des leader du pack. Par son expérience et sa puissance, il est considéré comme une des poutres du pack. à noter que Palu peut évidemment dépanner en deuxième ligne.

Piliers

Eddy Ben Arous n’a peut-être pas été retenu pour le Mondial au Japon mais il reste une valeur sûre du poste. à gauche, il est le plus expérimenté avec le Géorgien Vasil Kakovin. Toutefois, la valeur montante demeure Guram Gogichashvili. Ce dernier, pour sa première saison l’an passé en Top 14, s’est montré à son aise. à seulement 20 ans, il a pris part à vingt-huit matchs, Top 14 et Champions Cup confondus. Et il a été titulaire 61 % du temps. à tel point qu’il a été retenu avec la Géorgie. Derrière, Hassane Kolingar démontre avec le temps qu’il faudra peut-être compter sur lui. à droite, le Racing a convaincu Ali Oz de tenter l’aventure. Il viendra concurrencer Cedate Gomes Sa et Ben Tameifuna. L’ancien Grenoblois évolue dans le même registre que le Tonguien qui sera absent en début de saison, retenu en sélection. Enfin, George-Henri Colombe peut également dépanner à droite de la mêlée.

Talonneurs

Pas facile de passer derrière Dimitri Szarzewski, heureux retraité. Camille Chat sera le digne héritier mais pendant le Mondial, Teddy Baubigny qui a fait forte impression lors de la préparation estivale, a marqué des points. Déjà l’an passé, ce jeune sorti du centre de formation avait afficher une progression remarquable. Il sera en concurrence avec Kevin Le Guen, venu de Soyaux-Angoulême (Pro D2). Talonneur mobile et rugueux, il était le leader et capitaine de son équipe. Un vrai joueur de caractère. à 28 ans, il va véritablement découvrir le haut niveau. Mais il n’est jamais trop tard pour réussir.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir