• Les Bleus rassurent
    Les Bleus rassurent Patrick Derewiany / Midi Olympique / Patrick Derewiany / Midi Olympique
Publié le / Modifié le
Test Match

La France se promène face à l'Écosse

Pour son premier match de préparation au mondial, le XV de France a livré une prestation séduisante à Nice samedi soir. Les Bleus ont disposé de l'Écosse en inscrivant cinq essais, sans en encaisser (32-3). Ils ont montré de belles promesses à un peu plus d'un mois de l'ouverture de la Coupe du monde au Japon. 

Une première mi-temps au quasi-parfait et un deuxième acte certes plus laborieux mais non moins tranchant. C'est ce que les Bleus ont proposé aux supporters venus garnir les travées de l'Allianz Riviera pour ce premier match de préparation au mondial japonais. De l'application, de l'implication, un rugby fait de déchets, mais avec un volume intéressant.  Surtout, des choses simples et bien réalisées.  Après avoir beaucoup sué et trimé pendant la lourde préparation physique qui leur est imposé depuis plus d'un mois et demi, les Français avaient à coeur de se faire plaisir avec le ballon dans un test à balles réelles contre les Écossais. Et du plaisir, ce XV de France a en donné comme ce fut trop rarement le cas ces derniers temps. 

À cet égard, l'entame de match mérite d'être soulignée puisqu'il ne fallait pas moins d'1min35 pour qu'Alivereti Raka se signale. L'ailier qui fêtait sa première sélection profitait d'une belle remise intérieure de son partenaire clermontois Wesley Fofana pour se retrouver dans l'en-but. Camille Lopez transformait et le ton était donné (7-0). Partis tambour battant, les Bleus ne levaient pas le pied.

Dans le sillage d'une mêlée dominatrice à la 14ème, Lopez rajoutait trois points (10-0). Avec des sorties de camp bien exécutées de la part d'Antoine Dupont, la France repoussait les timides assauts écossais alors que sa troisième ligne se mettait en marche. Charles Ollivon et François Cros ont beau n'être que réservistes pour l'heure, ce samedi soir sur la Côte d'Azur, les deux hommes ont livré un message à leur staff. Incisifs sur leur prise de balle, propres dans le travail qui leur était dévolu sous les renvois, dans les rucks, avec les bonnes courses de soutien, les deux troisième ligne ont rayonné. Ce fut le cas aussi du numéro 8 Grégory Alldritt. Dans la lignée de sa belle saison avec La Rochelle et de sa belle fin de Tournoi des 6 Nations, le tracteur gersois a mis sans cesse son équipe dans l'avancée. Le deuxième essai inscrit par Maxime Médard à la 22ème minute part d'un ballon porté  et d'une progression dans l'axe du 8 casqué. Dupont collait bien à ses avants pour ensuite faire jouer Lopez qui distillait un bon jeu au pied dans le dos de la défense écossaise. Les trois-quarts suivaient bien le mouvement et Médard y allait en force en bout d'aile (15-0). 

Dix minutes plus tard, Alldritt concluait un groupé pénétrant ravageur (20-3) alors que l'Écosse se retrouvait en infériorité numérique pour un acte d'antijeu d'Adam Hastings. Bien que les Français insistaient sur mêlée fermée, le quatrième essai n'était pas inscrit juste avant la mi-temps.

La France à sa main

Le deuxième acte, moins enlevé, voyait des imperfections en touche. Les franchissements bleus eux ne faiblissaient pas vraiment et la défense tricolore se montrait toujours aussi infranchissable. Sur un ballon d'attaque à la 54ème, François Cros déchirait le premier rideau écossais après une bonne passe de Lopez. Dupont était au relais et envoyait Médard sur orbite (25-3). La fête bleue se poursuivait à l'heure de jeu avec un numéro de Damian Penaud dans la défense adverse. Antoine Dupont y allait de son essai (32-3). Camille Lopez transformait. Le demi d'ouverture clermontois, pas toujours en réussite dans les tirs aux buts (50%, 2/5 dans les transformations, 1/1 en pénalité) aura su toutefois se montrer propre dans son animation. La seule petite ombre au tableau venait de la sortie sur protocole commotion de Wesley Fofana à la 66ème. Dans une fin de match marquée par l'importance plus grande du jeu au pied d'occupation, les joueurs de Jacques Brunel et Fabien Galthié se montraient intransigeants en défense. Louis Picamoles s'offrait même une percée et il s'en fallait de peu à la 77ème pour que Raka n'inscrive un doublé après une superbe passe en déséquilibre de Serin.

La France commence sa campagne de préparation avec quelques certitudes. Qu'il faudra confirmer maintenant dans une semaine à Murrayfield face à des Écossais assurément revanchards.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir