• Considéré inférieur à Camille Chat par le staff tricolore, Guilhem Guirado va-t-il leur prouver qu’ils ont eu tort ? Réponse dimanche à partir de 9 h 15.
    Considéré inférieur à Camille Chat par le staff tricolore, Guilhem Guirado va-t-il leur prouver qu’ils ont eu tort ? Réponse dimanche à partir de 9 h 15. Patrick Derewiany / Midi Olympique / Patrick Derewiany
Publié le / Modifié le
Coupe du Monde

Guirado, le mal-aimé veut sa revanche

Fragilisé par son début de Coupe du monde, Guilhem Guirado doit prouver.

On ne sait pas s’il y a un "problème" Guirado au sein du XV de France. Ce que l’on sait, en revanche, c’est qu’il y a bel et bien un "malaise" Guirado dans la sélection. Pour être tout à fait clair, on vous renvoie à la conférence de presse de mercredi dernier, à Oita. Ce jour-là, Pierre-Louis Barassi, débarqué dans le groupe France il y a quelques semaines, jeune et peu rôdé à l’exercice, était interrogé par un confrère sur le leader des Bleus en des termes plutôt sibyllins : "Que pensez-vous de Guilhem Guirado ?" Plutôt gêné par la question, le trois-quarts centre lyonnais bafouilla quelque peu et, passée la gêne initiale, souffla néanmoins à l’auditoire : "C’est un très bon capitaine... Moi, de toute façon, je viens d’arriver et je m’adapte... Voilà... Il n’y a pas grand chose à dire. Il n’y a pas de polémique." Vous conviendrez que personne n’avait jusque-là parlé de "polémique" et que la question, somme toute, était assez banale. Quoi qu’on en pense, quoi qu’on en dise, quoi que le staff des Bleus et le capitaine lui-même daignent raconter à ce sujet, persiste encore un trouble autour du leader tricolore et, alors que les Bleus s’apprêtent à disputer le match le plus important de ces quatre dernières années, on ne saurait vraiment s’en réjouir.

Parmi les huit quarts de finaliste en lice ce week-end, de Yokohama à Oita, Michael Leitch (Japon), Owen Farrell (Angleterre), Rory Best (Irlande), Kieran Read (Nouvelle-Zélande), Al-Wyn Jones (pays de Galles), Michael Hooper (Australie) et Siya Kolisi (Afrique du Sud) sont en effet tous des leaders respectés dans leur groupe et soutenus par leur staff. Guirado ? Autant, son aura auprès de ses coéquipiers reste intacte, autant ses relations avec l’encadrement tricolore ne sont pas claires et entretiennent les fantasmes les plus dingue. À ce sujet, était-il vraiment prévu que Guilhem Guirado joue une grande partie du match - depuis annulé - face à l’Angleterre afin de laisser son concurrent au poste (Camille Chat) démarrer le quart de finale de la compétition, soit le plus grand match de sa carrière ? C’est ce que l’on croit, oui...

Une titularisation depuis le début de la Coupe du monde

Le dilemme, vous le connaissez comme nous, peut être résumé ainsi. Guilhem Guirado, bien que soutenu par ses coéquipiers, est visiblement considéré par son staff comme inférieur à Camille Chat et après tout, c’est une opinion qui peut se défendre : plus fort en mêlée, plus costaud à l’impact, le Francilien semble aussi avoir réalisé de vrais progrès au niveau de ses lancers en touche (100 % de réussite face aux États-Unis et au Tonga), le secteur où il était jusqu’ici limité. Malgré tout, en titularisant le solide Racingman contre les États-Unis puis les Tonga, Jacques Brunel et son "adjoint comme les autres" ont évidemment fragilisé le capitaine de la sélection tricolore. Celui-ci leur prouvera-t-il ce week-end qu’ils ont eu tort ?

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir