Nouvelle-Zélande - Irlande : seuls au monde

  • Jonathan Sexton (Irlande) lors de la victoire irlandaise contre les All Blacks
    Jonathan Sexton (Irlande) lors de la victoire irlandaise contre les All Blacks Sportsfile / Icon Sport / Sportsfile / Icon Sport / Sportsfile / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Samedi à Tokyo, les Irlandais ont une chance de gagner le premier match de phase finale de leur histoire. Problème, ce sera face aux All Blacks qui n’ont plus perdu depuis douze ans en Coupe du monde.

Il y a d’abord cette statistique, obsédante et peut-être paralysante. L’Irlande n’a jamais gagné un match de phase finale de Coupe du Monde dans son histoire. Pas un, même depuis qu’elle est redevenue une nation de premier plan avec la génération O’Driscoll.

On se demande si ce ne serait pas ça, le vrai exploit historique de Joe Schmidt à la veille de son départ.

En face, c’est presque l’inverse : les All Blacks n’ont plus perdu un match "mondial" depuis douze ans, soit dix-sept succès de rang. Et l’on cherche un argument qui pourrait fragiliser l’escouade de Steve Hansen. On en a trouvé deux....

D’abord les All Blacks n’ont plus joué depuis le 6 octobre puisque le match contre l’Italie a été annulé. Avec le jeu des roulements, ça signifie que certains joueurs comme leur talent le plus éclatant, Beauden Barrett, n’ont plus fait de match depuis le 2 octobre. On peut même considérer que les Néo-Zélandais n’ont plus joué de match "sérieux" depuis le 21 septembre et leur belle victoire en Afrique du Sud. C’est sûr les champions du monde ne seront pas sur les rotules samedi... On espère qu’ils seront tout de même encore dans le rythme de la compétition.

Le deuxième argument provient des dernières confrontations directes entre les deux nations et là, c’est vrai la cote de l’Irlande remonte subitement. A vrai dire, si l’on doit chercher la bête noire des champions du monde, il n’y a pas de meilleurs candidats que les joueurs du talonneur Rory Best. Ils ont gagné deux de leurs quatre derniers duels, à Chicago en 2016 et à Dublin en 2018. L’ Irlande a apparemement le don ne pas encaisser beaucoup de points face aux hommes en noir. C’est un luxe très rare.

Un statisticien de Twitter (Russ Petty) a révélé que sur ces quatre derniers matchs, l’Irlande s’impose 87 à 83 et qu’elle a concédé 18 pénalités contre... 45 à ses adversaires. Tout n’est donc pas perdu pour les Celtes et leur fameuse charnière Murray-Sexton

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir