Troisième ligne : les promesses de Nice

  • Charles Ollvion, capitaine des Bleus, lors d'une opposition contre le XV de France Militaire
    Charles Ollvion, capitaine des Bleus, lors d'une opposition contre le XV de France Militaire Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Le trio Ollivon-Aldritt-Cros a été aligné à une seule reprise, durant la préparation à la Coupe du monde. Il avait alors fait des étincelles. Charge aux intéressés de répondre aux attentes placées en eux.

Il y a parfois quelques signes du destin. Faut-il pour autant y voir un coup de pouce inattendu ? Toujours est-il que, même si le staff l’avait sûrement derrière la tête depuis plusieurs mois, le staff de Fabien Galthié a acté ces deux dernières semaines à Nice la composition de sa troisième ligne : le capitaine Charles Ollivon et le Toulousain François Cros encadreront le Rochelais Grégory Aldritt. Voilà peut-être le trio le plus fantasmé par grand public et spécialistes malgré une seule sortie commune. C’était le 17 août, pour le premier de préparation à la Coupe du monde face à l’écosse (32-3), à... Nice ! L’association avait alors fait merveille et chacun se prenait à rêver de la retrouver au Japon. Il n’en fut rien. Non reconduite sur les rencontres amicales suivantes, en raison notamment d’une blessure de Cros, elle fut surtout tuée dans l’œuf par le fait que ce dernier n’a tout simplement pas été retenu dans le groupe définitif de Jacques Brunel pour le Mondial.

Une autre complémentarité

Mais, de sources sûres, Fabien Galthié avait grandement apprécié la combinaison alignée à l’Allianz Riviera. Parce qu’elle offre une mobilité extrême, laquelle s’inscrit parfaitement dans le projet de jeu prôné par le nouveau sélectionneur. Surtout, elle apporte une forme de complémentarité, que comptent bien exploiter le technicien et ses adjoints puisque cette troisième ligne sera la première de l’ère qui s’ouvre. Encore faut-il désormais qu’elle tienne ses promesses de l’été.

L’équilibre concernant les trois hommes n’est pas forcément celui habituel dans ce secteur de jeu, à savoir le fameux triumvirat plaqueur gratteur, joueur de champ libre et numéro 8 à la fois franchisseur et technique. Là, les intéressés possèdent un point commun : une solide expérience de troisième ligne centre, poste auquel ils ont été formés. Mais avec des profils néanmoins différents en caricaturant un brin : Cros l’omniprésent, Ollivon l’aérien et Aldritt le tracteur. Or, depuis un an maintenant, le joueur rochelais s’est illustré en sélection (comme en club d’ailleurs) par sa faculté à trouver de l’avancée dans n’importe quelle défense adverse quand Ollivon a souvent brillé au large au Japon, où son bagage technique et sa vitesse lui ont permis d’assurer la continuité du jeu. Cros, à Nice, avait aussi excellé dans ce domaine sur l’essai inscrit par Maxime Médard, quand il avait été servi à hauteur pour percer la muraille écossaise et servir après contact un partenaire. Mais l’avantage, c’est que le Toulousain est complet et peut ainsi jouer le rôle d’embrouilleur dans les rucks autant que celui de "casseur" de mauls. Polyvalence qui semble être la clé de la réussite du trident. Dimanche, il fera face à ce qui se fait de mieux au monde. Et s’il passe l’écueil anglais, nul doute qu’il pourrait avoir un avenir doré devant lui.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir