Le rebond solidaire

  • Les ballons, écoresponsables, sont dessinés par des artistes. Photo DR
    Les ballons, écoresponsables, sont dessinés par des artistes. Photo DR
Publié le / Mis à jour le

Une société nantaise composée de rugbymen met en vente des ballons artistiques et écoresponsables. Dont les bénéfices sont reversés aux hôpitaux de France.

À l’automne dernier, deux copains nantais, amoureux de sport et sensibles aux questions d’écologie, ont réuni leur passion au travers de "Rebond Project ". La vocation de la toute nouvelle entreprise ? La production en série limitée de ballons artistiques, ronds et ovales, aux matériaux bio-sourcés, avec une gamme made in France.

La boîte, composée de sept salariés dont cinq anciens ou actuels rugbymen, s’est rapidement mise en valeur en proposant des ballons aux couleurs du FC Nantes et en collaborant avec la FFF en vue de l’Euro 2020. Elle est aussi entrée en discussions avec un club de rugby de la région parisienne pour lancer prochainement un ballon personnalisé et personnalisable par tout à chacun. Mais depuis un mois, les responsables de Rebond ont été contraints de revoir leurs plans. Pour la bonne cause. "Avec le confinement, nos projets se sont retrouvés en stand-by, explique Simon Mutchier, un des deux fondateurs de l’entreprise, accessoirement entraîneur de rugby en Fédérale 3, au Rugby Club Saint-Sébastien-Basse-Goulaine, en Loire-Atlantique. On s’est demandé comment l’on pouvait filer un coup de pouce, en attendant de reprendre une activité normale. Or, qu’est-ce que l’on sait faire ? Des ballons. Nous avons donc lancé un ballon à visée solidaire dont le bénéfice des ventes serait intégralement reversé aux hôpitaux de France." À hauteur de 10 € par pièce. Un engagement comme une évidence aux yeux de ces passionnés et engagés : "Cette dimension sociale fait sens avec l’engagement de Rebond. Le sport se doit plus que jamais d’être acteur."

Relayé par ouedraogo

Dessinés par les artistes nantais The Feebles, les ballons de foot et de rugby proposés sur le site Ulule (fr.ulule.com/ballons-solidaires/) ont immédiatement rencontré le succès. "L’objectif du début était d’en vendre 300, reprend cet ancien joueur de Nantes, Saint-Nazaire ou Jacou. Après deux semaines, nous avons dépassé les 1 000 ventes. Quelques joueurs de rugby dont Fulgence Ouedraogo et des clubs de foot ont relayé l’initiative, ça a permis d’avoir un coup de projecteur. "

Les bienfaiteurs ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin : "L’opération continue jusqu’au 16 mai. On espère atteindre le cap des 2 000 ballons. Ça représenterait 20 000 €, ce qui ça permettrait de financer un respirateur. C’est un petit rêve que l’on a, entre nous."

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir