Montauban évite le déluge

  • Jerome BOSVIEL (Montauban).
    Jerome BOSVIEL (Montauban). Icon Sport
Publié le

Diminués, les Tarn-et-Garonnais ont fait bonne figure sur la pelouse d’Aimé-Giral. Leur premier succès de la saison à l’extérieur attendra.

«On nous prédisait cinquante ou soixante points chez le leader… » Florian Ninard l’avait annoncé quelques jours plus tôt, il ne voulait pas se rendre en victime à Perpignan. Au coup de sifflet final, vendredi soir à Aimé-Giral, le directeur sportif de l’USM ne cachait pas sa fierté. Non, ses joueurs n’ont pas réussi l’exploit de s’imposer en Catalogne, pas même celui d’inscrire le moindre essai ou de ramener un petit point de ce périlleux déplacement. Durement touchée par l’épidémie de Covid-19 et privé de vingt-et-un joueurs, la formation montalbanaise ne se faisait guère d’illusions. Elle a toutefois montré un beau visage sur la pelouse de l’Usap. « On avait à cœur de remettre un peu d’intensité et de retrouver le niveau Pro D2. Ça faisait dix jours qu’on n’avait aucune activité, aucun entraînement, et seulement deux séances pour préparer le match. Ce soir (vendredi), je suis fier du rendez-vous de l’équipe parce qu’elle s’est envoyée », témoignait Florian Ninard.
 

Cap sur les prochaines réceptions


S’ils ont logiquement subi la supériorité catalane, les Tarn-et-Garonnais n’ont pas explosé en plein vol. Au rayon des satisfactions : un pack plutôt dense, souvent efficace en mêlées fermées et sur groupés pénétrants, couplé à une défense généreuse et sans grande faille. Montauban méritait sans doute mieux qu’une défaite sans relief, 27 à 6. « On manque de précision dans les zones de marque et on fait preuve d’impatience à des moments où on doit prendre des points chez l’adversaire ou au moins marquer des points au tableau d’affichage. Aujourd’hui, c’est sur ça que l’on doit se construire : on va travailler là-dessus, on va épurer aussi nos petites approximations et j’espère qu’on fera de meilleures prestations », conclut le directeur sportif. Après la pluie… vient le beau temps ? Les coéquipiers de Stéphane Munoz abordent désormais deux réceptions consécutives, face à Soyaux-Angoulême puis Nevers. Deux matches capitaux pour les Sapiacains, désormais menacés par la zone rouge.

Émilien Vicens.
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?