Les Biterrois héroïques face à Perpignan

  • Adrien LATORRE (Béziers).
    Adrien LATORRE (Béziers). Icon Sport
Publié le

S’appuyant sur une grande force de caractère, l’ASBH tient enfin sa première victoire à l’extérieur. Sur la pelouse de son rival catalan, les Biterrois ont décroché un succès fondateur.

«J’espère que ça sera le point de départ de grandes choses. » Ils l’attendaient avec impatience et ils sont allés la chercher chez l’un des cadors du championnat, qui plus est sur la pelouse de leurs voisins et rivaux historiques. Les coéquipiers de Jonathan Best ont fait sensation, samedi soir à Aimé-Giral, décrochant leur première victoire de la saison à l’extérieur. Au terme d’un derby maîtrisé d’une main de maître, l’ASBH est enfin parvenue à chasser tous ses vieux démons.

À Perpignan, les Rouge et Bleu ont laissé échapper toute la frustration et la colère emmagasinées depuis cet été. Un groupe solidaire, une envie débordante, une défense de fer… les récentes déceptions à Biarritz (24-21), à Vannes (29-26) puis Valence-Romans (25-25) ne sont plus que de lointains souvenirs. Cette fois, Béziers n’a pas craqué dans le money-time. Cette fois, Béziers a réalisé la prestation parfaite à l’extérieur. Cette fois, Béziers tient son match fondateur.  

« Nous avions bien préparé cette rencontre. Nous voulions rebondir après la défaite à domicile face à Oyonnax contre qui nous étions passés au travers. Ce match nous avait fait mal à la tête. On avait envie de réagir très vite. Je suis très fier d’avoir gagné ici. C’est très important pour la suite de la saison », savoure Jean-Baptiste Barrère.
 

Une troisième ligne survoltée


Déjà vainqueur en 2018 en terres catalanes, le flanker de l’ASBH a incarné une troisième ligne biterroise redoutable. Travailleurs de l’ombre, lui et l’Anglais Karl Wilkins ont beaucoup plaqué et furent omniprésents dans les phases au sol.

« Nous avons été solidaires défensivement. On connaît l’Usap, nous ne voulions pas les laisser jouer et nous avons ralenti tous les ballons. Il y avait peut-être un supplément d’âme oui. On avait vu les Argentins battre les Blacks le matin même, nous nous sommes basés sur ça : mettre beaucoup d’envie, d’enthousiasme et faire beaucoup de bruit sur le banc », témoigne Barrère. Derrière, le Aud-Africain et numéro 8 Sias Koen a lui avancé sur chaque impact.

« Je suis fier de mes joueurs car c’est une année particulière. Nous avons connu beaucoup de changements à l’intersaison et aujourd’hui, nous avons un groupe super, qui travaille bien. Nous n’avons pas trop été récompensés sur ce début de saison, donc je suis très fier et content pour eux car il y a du travail derrière cette victoire. Ça nous récompense », savoure David Aucagne. À Perpignan, le plan du manager biterrois a marché à la perfection. Ce précieux succès, tout aussi symbolique, pourrait libérer ce groupe marqué au fer rouge depuis des mois.

Émilien Vicens.
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?