La bulle, l’enquête et l’épilogue

  • Roxana Maracineanu, la ministre des Sports a reçu le rapport de la FFR mardi soir. Il met hors de cause le séléctionneur Fabien Galthié défendu par son président, Bernard Laporte.
    Roxana Maracineanu, la ministre des Sports a reçu le rapport de la FFR mardi soir. Il met hors de cause le séléctionneur Fabien Galthié défendu par son président, Bernard Laporte. Icon Sport
Publié le , mis à jour

Patient « 0 », respect du protocole sanitaire et efficacité de la « bulle » : l’enquête fédérale menée en interne au sujet du cluster « XV de France » a été déposée en milieu de semaine sur le bureau de Roxana Maracineanu, ministre déléguée aux sports, qui avait demandé des comptes à Bernard Laporte. On devrait connaître, Enfin, ce qu’il en est des éventuelles fuites du système fédéral. Et c’est tant mieux parce que très franchement le suspens n’a que trop duré, parce qu’il est urgent de revenir au terrain. Après vite, le « crunch » !

La fumée blanche -ou noire- est attendue ce vendredi, vraisemblablement autour d’une prise de parole commune de Jean-Michel Blanquer (ministre de l’éducation nationale, de la jeunesse et des sports) et Roxana Maracineanu (ministre déléguée aux sports). Elle pourrait se faire en matinée lors d’une visite à l’Insep. Ou bien, de manière bien plus protocolaire, lors d’une conférence de presse cette fois organisée en présence du président de la FFR, Bernard Laporte.

La première option tient la corde mais la décision devait être prise jeudi, en fin de journée (après le bouclage de Midol), en fonction des derniers allers-retours entre le Ministère des sports et la fédération qui avaient débuté le matin même lors d’une réunion avec les représentants du cabinet de Roxana Maracineanu et un trio fédéral composé par Laurent Gabbanini (directeur général adjoint), Roger Salamon (professeur de médecine en charge de l’enquête) et Serge Simon (vice-président et manager Covid).
 

« Matière explosive »

Vendredi dernier sur BFM TV, la ministre avait pourtant exigé que ce soit Bernard Laporte en personne qui vienne lui rendre des comptes. À voir si cela interviendra, plus tard. À voir également si Christian Dullin, qui dirigea l’enquête fédérale, sera entendu par les services de l’Etat.

Entre-temps, et pour répondre à l’injonction ministérielle de tirer au clair les raisons du cluster « XV de France », le président de la FFR a donc chargé son secrétaire général de se transformer en enquêteur. En s’appuyant sur les règlements fédéraux, Laporte a donc choisi la solution interne plutôt que d’en appeler à une commission indépendante qui aurait eu le mérite d’éviter toute suspicion d’omerta.

L’enquête, donc, menée par Christian Dullin autour des membres de la cellule médicale : Roger Salamon et Eric Caumes (infectiologue). Elle fut bouclée au pas de course, avec des auditions lundi et mardi pour un rendu au Ministère mardi soir. De ce que l’on sait, les images des caméras de surveillance du CNR n’ont pas été exploitées, pas plus que le registre d’entrées/sorties qui consigne toutes les allées et venues. Nous aurions pu penser qu’elles auraient été précieuses pour savoir si le domaine des Bleus était devenu une sorte de ville ouverte.

Pour une fois, quasiment rien n’a fuité du document avant les rendez-vous ministériels ; Bernard Laporte n’a pas eu à rappeler son monde au silence et à la solidarité, comme il l’a fait avec les joueurs en fin de semaine dernière. Ce silence est la preuve directe de la sensibilité extrême du sujet. Pas la peine d’y ajouter le moindre panneau « matière explosive ».

 

Tour de vis

En fait, seuls les médecins (Caumes et Salamon) sont montés au front médiatique mercredi matin sur RTL et RMC pour disculper Fabien Galthié et affirmer la solidité médicale du protocole sanitaire. Du moins sur le papier, puisque dans les faits le Covid a frappé le monde des Bleus. À 17 reprises depuis le début du Tournoi. Et pour la quatrième fois en quatre mois dans l’univers des sélections tricolores. C’est assez pour procéder à un tour de vis (lire ci-contre).

À moins de 10 jours du choc Angleterre-France, cette fin de semaine doit être le point d’orgue de la crise qui secoue l’équipe de France et sa Fédé autour du fameux protocole sanitaire anti-Covid et de son application. La bulle stricte qui avait été annoncée par Bernard Laporte, avec une gestion sans faille des éventuels cas positifs pour empêcher toute propagation dixit Simon, semble s’être trop vite résumée à un protocole aux multiples courants d’air. Quand nos adversaires vivaient en mode « huis clos total » et que la moindre incartade était sanctionnée (le gallois Josh Adams a été exclu quinze jours pour être rentré dîner un soir, chez lui, annoncer à sa famille la naissance d’un enfant), les Bleus avaient permission de sortie pour manger des gaufres à Rome ou pour rentrer chez eux le week-end. Ils auraient eu tort de s’en priver puisque c’était toléré… Galthié lui-même pouvait courir à l’extérieur du CNR ou assister à un match de son fils.

C’est du passé. Dimanche prochain, il y a match. Les Bleus doivent gagner en Angleterre, manière de relancer la machine et de porter les espoirs de Grand Chelem. Surtout, si en temps normal, une défaite à Twickenham n’aurait rien d’anormal, elle serait forcément lue, cette fois, par le prisme du contexte de tensions internes. En ce sens, s’ils veulent refermer pour de bon l’épisode, les Bleus ont tout intérêt à gagner… Parce que dans deux ans, le Mondial !

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (3)
jmbegue Il y a 1 année Le 05/03/2021 à 07:49

Puisque Laporte peut se permettre de traiter les joueurs comme il le fait sans qu'il y ait une seule réaction d'amour propre, puisqu'il peut se permettre d'injurier des journalistes, puisqu'il peut mentir, déformer la vérité, mener sa propre enquête sur les erreurs de ses potes, pourquoi se gênerait il pour continuer ????
On est entre le grand guignol et le clan des siciliens....
Quelle image renvoyée....

rugbypass Il y a 1 année Le 05/03/2021 à 20:29

quand un journal qui se prétend être une référence se complait dans la fange, la rumeur, la médisance et veut des têtes que faut-il ajouter? Même le stade toulousain a eu des cas covid, a-t-on fait ce cirque pour les contaminations via la coupe d'europe. Faire du fric en vendant de la '"m----e" est ce digne d'un journal prétendument sportif?

Plusblancqueblanc Il y a 1 année Le 07/03/2021 à 17:18

@jmbegue: très bonne analyse simple et très réaliste du fonctionnement de la FFR