Castres a de quoi bâtir

  • Baptiste DELAPORTE (Catsres).
    Baptiste DELAPORTE (Catsres). Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Pour un petit point, le castres olympique reste à quai et ne rejoindra pas la phase finale de ce top 14. la déception passée, il restera de solides fondations pour la suite.

Ils partaient sans doute de trop loin. Treizièmes et barragistes à Noël, les Tarnais du CO sont finalement venus mourir à un petit point de la qualification au terme d’une incroyable remontée, calant à la septième place avec 69 points. Bien sûr, les Castrais sont allés se coucher samedi soir avec une pointe de déception dans un coin de la tête. Que se serait-il passé s’ils avaient évolué à ce niveau quelques semaines plus tôt ? Nul ne le sait et mieux vaut, au fond, ne même pas y penser pour ne pas attiser les regrets. Geoffrey Palis, le trois-quarts aile castrais, concédait dans un sourire : « Au vu de notre dynamique, nous n’aurions pas été drôles à prendre en barrages, c’est certain. » Mais de barrages il n’y aura pas et il faut désormais se projeter sur un exercice 2021-2022 forcément prometteur.


Car de cette formidable aventure, de cette deuxième partie de saison de tous les diables, le CO va pouvoir bâtir son avenir. Depuis sa prise de fonction, l’entraîneur principal Pierre-Henry Broncan s’est attaché à resserer son groupe. C’est particulièrement vrai au niveau des trois-quarts, où le quintet Dumora - Palis - Combezou - Botitu - Nakosi s’est tirée la part du lion en termes de temps de jeu. Quatre de ces hommes figurent d’ailleurs aux quatre premières places du classement des joueurs les plus utilisés du championnat au soir de cette 26e journée. Les dirigeants castrais se sont attachés à verrouiller cet effectif qui a rendu la remontée au classement possible. Des vingt-trois joueurs présents sur la feuille de match samedi soir, seuls deux ne continueront pas l’aventure avec le CO. Anthony Jelonch, une nouvelle fois exceptionnel face à Toulon, rejoindra Toulouse tandis que Ma’ama Vaipulu a annoncé retourner au pays pour des raisons familiales.
 

Des jeunes prometteurs

L’international français part, mais il part le cœur gros, signe de la bonne ambiance qui règne à Castres : « Jouer contre mes potes, ce sera toujours quelque chose d’exceptionnel. Je pars avec des souvenirs plein la tête. Je n’oublie pas que c’est grâce à ce groupe que j’ai pu être appelé en équipe de France cette saison. »


Des jeunes se sont révélés, aussi. Au premier rang desquels Gaëtan Barlot, le jeune talonneur arrivé de Colomiers à l’intersaison est devenu le titulaire du poste, en explosant sous le maillot castrais. Ce groupe fort - cette « bande de copains »- sera complété par touches sporadiques mais ne sera en aucun cas révolutionné. Les Tarnais renforceront aussi sans doute leur staff, avec l’apport probable d’un entraîneur des avants et d’un arbitre pour améliorer la discipline, mais le travail du trio Pierre-Henry Broncan, David Darricarrère et Joe Worsley est salué dans toutes les strates du club.

« PHB » n’a d’ailleurs pas manqué de rendre hommage à ses adjoints à plusieurs reprise cette saison. Il a déjà par le passé salué tous les bienfaits de la science de Joe Worsley sur les choses de la défense et il a particulièrement appuyé son propos sur le travail de l’entraîneur des attaquants, David Darricarrère, dans le ventre de Pierre-Fabre : « David a énormément fait travailler les trois-quarts techniquement et les joueurs ont passé un cap. » Lorsque l’on voit la qualité du rugby produit notamment sur les actions menant aux essais Castrais samedi soir, on ne peut que cautionner. Tous les espoirs sont permis pour le prochain exercice, même si Pierre-Henry Broncan craint déjà énormément la reprise.

« L’intersaison sera difficile, avec une tournée en Australie, les Jeux Olympiques, des tournois de rugby à 7 organisés par la Ligue au mois d’août… Après une saison très dure et éprouvante pour la santé des joueurs - nos étrangers ne sont pas revenus chez eux depuis seize mois - je crains beaucoup la reprise. » Gageons que le CO saura gérer cet écueil pour repartir de plus belle.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?