Delarue, la der’ du capitaine d’un soir

  • David Delarue
    David Delarue Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Dans une équipe très remaniée, le demi de mêlée David Delarue avait été nommé capitaine pour sa dernière sortie avec son club de toujours. Retour sur expérience.

Des trémolos dans la voix, des larmes difficiles à retenir, David Delarue avait le cœur gros samedi soir à l’instant d’évoquer son ultime rendez-vous avec son club de toujours. Ce jeune demi de mêlée de 25 ans portera la saison prochaine les couleurs d’Aurillac. Un nouveau défi pour celui qui a débuté le rugby à l’âge de 5 ans au CAB. Une nouvelle page à ouvrir synonyme de chapitre à clôturer. Pour l’occasion, le manager Jeremy Davidson avait fait le choix de le titulariser, ce qui n’est pas arrivé si souvent que ça. Mieux, il lui a confié le rôle de capitaine. « Évidemment, j’ai demandé à Saïd (Hirèche) si ça ne le gênait pas de lui laisser le capitanat pour ce dernier match, a souligné le technicien irlandais. David, c’est un enfant du pays, un soldat, un très bon joueur avec de belles qualités humaines. On pense tous que c’est bien pour lui d’aller chercher du temps de jeu ailleurs. Il a toujours tout donné pour ce club depuis son plus jeune âge. Il l’a encore fait ce soir (samedi). » Évidemment, il n’a rien pu faire face à la force de frappe du Racing 92. « Ça fait quand même chier de prendre 55 points, a-t-il débuté très ému. Ça n’a pas été facile de préparer un match contre équipe qui avait besoin de prendre cinq points pour se qualifier parmi les deux premiers. Beaucoup de joueurs n’ont pas joué à leur poste habituel car nous avions beaucoup de blessés. Surtout, nous n’avions pas besoin de point, ni de quoi que ce soit. Pour les mecs qui partent, nous avons essayé d’être cohérents. » En toute simplicité. Et les Brivistes ont vendu chèrement leur peau.

Sur son rôle de capitaine, il ne s’est pas étendu, ne voulant pas tirer la couverture à soi. « C’était particulier, a-t-il tout de même avoué. J’ai eu la chance d’avoir Saïd avec moi dans le XV de départ (Hirèche) qui m’a aidé dans ce rôle-là. C’était une fierté d’être capitaine pour la dernière. J’ai joué 19 ans à Brive. Je remercie le staff de m’avoir confié ce rôle aujourd’hui. Je suis fier d’avoir mené cette équipe-là. » Et en capitaine lucide de conclure : « On a perdu contre plus fort que nous, il n’y a eu pas photo. »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?