Saga MHR : Saint-André : «Que Montpellier regarde à nouveau vers le haut»

  • Philippe Saint-André à la reprise montpelliéraine.
    Philippe Saint-André à la reprise montpelliéraine. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Fort des enseignements tirés de la saison dernière, d’un recrutement de qualité et d’un staff renforcé, «PSA» veut que son club s’invite dans le Six.

Qu’est-ce qui a guidé vos choix pour conduire le recrutement ?

Déjà, la baisse du salary cap qui amène des baisses de salaire. Ensuite les Jiff, et troisièmement il fallait renforcer les postes où nous avons des internationaux. Ces joueurs manquent douze matchs de Top 14. Paenga-Amosa sera toujours là à partir d’octobre. Les piliers Hamadache et Thomas, les troisième ligne Mercer et Tauleigne seront là aussi, tout comme Doumayrou qui est une valeur sûre et qui sort d’une saison énorme avec La Rochelle. On a perdu Delhommel, mais on l’a remplacé par Maurouard, un vrai compétiteur qui connaît bien le Top 14. L’exception, c’est Garbisi qui jouera avec l’Italie. Mais c’est un bon coup car il est talentueux, il a 21 ans, et personne ne savait qu’il était sur le marché. Je le suis depuis longtemps, il a un gros potentiel. On a aussi cherché à avoir plus de densité derrière, car nous avons manqué de franchisseurs sur l’ensemble de la saison. Les recrutements de Dakuwaqa et Vici vont en ce sens.

Quels enseignements avez-vous tirés de la saison dernière ?

Qu’il faut bien commencer la saison ! (rires) Il y aura encore dix équipes dans la course au top 6, et nos cinq premières journées donneront vite la couleur : on va à Toulon, on reçoit Brive et Toulouse, puis on va à Pau et on reçoit La Rochelle. On a organisé la préparation en ce sens, pour être présents d’emblée : trois semaines axées préparation physique mais avec ballon. Une coupure d’une semaine pour ceux qui sont dans les clous, puis quatre semaines axées rugby, trois matchs de préparation, avec un stage au milieu. Ce stage nous permettra de décider des règles de vie, de choisir le capitaine…

Sera-t-il élu de façon collégiale ?

Disons que j’ai déjà quelques idées, on va voir… De toute façon avec 40 matchs par saison on ne peut pas compter sur un seul capitaine. Il nous faudra au moins un groupe de leaders.

Le recrutement de Paolo Garbisi indique-t-il que le MHR veut développer un rugby encore plus offensif ?

Paolo offre une option intéressante car c’est un bon joueur de rugby. Sur la fin de saison dernière, le MHR a montré qu’il pouvait être ambitieux dans le jeu. À ce titre, la réception de Toulon est à mon sens notre match le plus abouti en termes de vitesse et de rythme. J’ai aussi aimé notre caractère dans des matchs plus durs, comme contre les Anglais mais il est vrai qu’on aimerait tous prendre du plaisir et surtout ne pas revivre une saison comme l’année dernière, à serrer les fesses jusqu’à l’avant-dernière journée.

Avez-vous senti l’équipe déjà soudée à la reprise, avec tout ce qu’elle a traversé l’année dernière ?

J’en ai l’impression oui. Il y a un vécu. Et il y a des mecs comme Guilhem Guirado et Fufu Ouedraogo qui veulent tout donner pour leur dernière année. Ils veulent en profiter jusqu’au bout et ils ne lâcheront pas. On ne doit pas repartir à zéro. D’ailleurs c’est bien que l’on garde une vraie continuité dans le staff avec Olivier (Azam) et Jean-Ba (Elissalde), et que l’on apporte de la plus-value avec Alex Ruiz et Bruce Reihana. Je veux que le MHR regarde à nouveau vers le haut.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 7,90€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Midi-Olympique
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?