Usap : avec un cœur énorme et un grain de folie

  • Usap : avec un cœur énorme et un grain de folie
    Usap : avec un cœur énorme et un grain de folie Patrick Derewiany - Patrick Derewiany
  • Usap : avec un cœur énorme et un grain de folie
    Usap : avec un cœur énorme et un grain de folie Patrick Derewiany - Usap : avec un cœur énorme et un grain de folie
Publié le , mis à jour

L’Usap a gagné pour sa première à domicile. Un succès vécu comme une petite délivrance. L'engagement général et quelques éclairs ont permis de s'extirper du piège. Mais il faudra bien plus à l'avenir.

« Et ils sont là, et ils sont là les Catalans. » Le coup de sifflet final n’a pas encore retenti à Aimé-Giral quand les spectateurs sang et or se mettent déjà à vociférer leur fierté et leur joie mêlées. Sous leurs yeux, Mathieu Acebes et ses partenaires sont en train d'accréditer leur présence dans l’élite par un premier succès tant espéré. Le cauchemar de 2018, quand il leur avait fallu patienter quinze journées pour connaître cette ivresse, ne se reproduira pas. L’histoire est bel et bien différente. « Il y avait ce spectre qui planait autour de nous, glisse Damien Chouly. Je suis content que l’on mette ça derrière nous. »

Avant le coup d’envoi, l'après-midi avait débuté comme aucune autre. Avec un feu d’artifice tiré par les supporters : « Ça m’a fait peur, sourit Lucas Velarte. Quand on est arrivé, c’était incroyable, une sensation particulière. Il fallait faire attention à ne pas prendre de carton rouge à la 1re minute. » Et aussi maîtriser les émotions, entre excitation et appréhension. À ce petit jeu, les Biarrots avaient semblé poser leur empreinte sur les débats. Le piège était tendu : « On a été assez souvent mis en difficulté, parfois tous seuls, souffle Damien Chouly. Mais l’on a su rebondir. Ils ont très bien débuté, ils nous ont ralenti les ballons et on a eu du mal à sortir de notre camp, retrace Lucas Velarte. On s’est remotivé entre nous et l’on a inversé la tendance. Ce match, on le gagne sur l’état d’esprit. » Les Perpignanais ont su résister avant de passer à l’attaque. Dans le désordre, la confusion, parfois, mais avec une confiance allant crescendo et un engagement salvateur, ils ont poursuivi leur objectif : la victoire.

Tedder-Jaminet, les deux font la paire

Pour arriver à leurs fins, les hommes de Patrick Arlettaz ont pu compter sur un cœur énorme, un mental de fer, une conquête plus que solide mais aussi sur un grain de folie. Avec Melvyn Jaminet et Tristan Tedder en incubateurs d’idées. L’international français et encore plus le Sud-Africain ont su forcer le destin de leur équipe avec des inspirations bienvenues : l’ouvreur a notamment multiplié les éclairs décisifs, de son drop-goal initial à sa sautée pour Jean-Bernard Pujol en passant par ce une-deux magnifique avec Mathieu Acebes au cœur de la défense basque. L’Usap, malgré ses défauts et limites du moment, est donc bien capable de créer, de surprendre, de marquer. « On est invité dans l’élite tant que l’on n’a pas fait nos preuves », expliquait Patrick Arlettaz cet été. Ce succès ne garantit rien mais il marque, si ce n’est un déclic, une première étape. « Tout le monde va rester très calme, annonce Lucas Velarte. On n’a pas de bonus, on est encore parmi les derniers, on va à Lyon qui va vouloir se racheter. Il n’y a pas besoin de se dire 36000 choses pour garder la tête froide. » D’autant que toutes les équipes censées être à la lutte pour le maintien comptent déjà une victoire. La course est lancée. Elle promet d’être impitoyable. Mais au moins, au soir de cette 2e journée, l’Usap pointe en milieu de peloton.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?