Défait par Toulouse, Castres donne quand même rendez-vous

  • Les castrais se sont lourdement inclinés face à Toulouse.
    Les castrais se sont lourdement inclinés face à Toulouse. Midi Olympique. - Midi Olympique.
Publié le

Après avoir subi un troisième revers d’affilée en déplacement, le CO ne tire pas les mêmes leçons de cette défaite à Ernest-Wallon. Et veut se projeter sur la suite.

C’est un fait : depuis leur victoire marquante à Clermont le 11 septembre, les Castrais restent sur trois sorties décevantes loin de Pierre-Fabre. Au Stade français, à La Rochelle puis à Toulouse. "C’est toujours un peu le même problème sur la discipline, explique le talonneur Gaëtan Barlot. Nos fautes sont trop récurrentes et on rend trop facilement les ballons. Derrière, on le paye cash et on prend des points. À domicile, je trouve qu’on assure mieux nos possessions, ce qui nous permet d’être devant au score et en confiance." Son coéquipier Thomas Combezou y voit une certaine ironie : "Cela fait quelques années qu’on subit trop de défaites à la maison. Là, c’est l’inverse." Si les conséquences sont les mêmes depuis un mois, avec donc trois revers en déplacement, il y a des différences notables dans les causes et le contenu. Pour le manager Pierre-Henry Broncan, il n’est pas question de placer ces trois rendez-vous sur un même plan : "Non, cela n’a rien à voir. Ce n’est pas le même genre de défaite. À Paris ou à La Rochelle, il y avait eu beaucoup d’erreurs. Là, les garçons ont été présents dans le combat et n’ont jamais baissé la tête. Mais ils ont été pris sur la qualité du rugby et sur l’exécution. J’ai peut-être le souvenir d’un ou deux en-avant en face, pas plus… Nous sommes tombés sur un Stade toulousain au complet et, quand c’est le cas, je ne suis pas sûr qu’il ait perdu beaucoup de matchs. Nous avons affronté le véritable champion d’Europe. Malheureusement, il n’y avait pas grand-chose à faire face à ce Toulouse-là."

"Se servir de ce match"

Voilà pourquoi le CO ne veut pas faire de ce lourd revers un traumatisme. Bien au contraire. "Il faut se servir de ce match pour grandir, note Broncan. Il est important que cela nous aide désormais. C’est dur pour les joueurs pendant deux jours mais on doit repartir au travail, être déterminé pour avancer et bien recevoir Brive." Et Combezou de se projeter : "Il faut en tirer les leçons. La chance dans le rugby, c’est de pouvoir remettre le bleu de chauffe dès la semaine suivante. Une défaite n’est pas une fatalité et le championnat est un marathon." Les Tarnais le savent mieux que personne. "Les Toulousains nous ont remis sur terre, ils roulent sur tout le monde et donnent envie de progresser, poursuit le trois-quarts centre. On les recroisera plus tard et on essaiera de les enquiquiner. Le but est de participer au buffet final. Aujourd’hui, nous ne sommes pas invités mais on verra dans quelque temps."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?