XV de France - Jelonch, Woki, Jaminet : les tubes de l’été

  • Anthony Jelonch (France).
    Anthony Jelonch (France). Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Si plusieurs joueurs ont profité de la très positive tournée australienne en juillet pour bousculer la hiérarchie à leurs postes, Anthony Jelonch, Cameron Woki et Melvyn Jaminet en ont été les grands gagnants, au point de s’imposer comme titulaires pour débuter cette tournée d’automne face aux Pumas.

Il fut assez écrit, notamment dans ces colonnes, que Fabien Galthié était conservateur dans ses compositions d’équipe. Durant sa première année de mandat, les surprises étaient rares, voire inexistantes. Plusieurs raisons, parmi lesquelles la quête d’une ossature solide malgré l’inexpérience générale, des résultats probants et un staff épargné par les blessures. Depuis, les choses ont évolué. C’était déjà vrai au sortir d’une Coupe d’automne des nations, voilà presque un an, qui a vu les Bleus - privés de leurs cadres avec la règle des trois feuilles de match maximum - se découvrir des ressources inattendues. Brice Dulin avait profité de ses prouesses de novembre pour doubler Anthony Bouthier dans la hiérarchie des arrières quand Gabin Villière s’était imposé comme le premier choix des ailiers. Ironie de l’histoire, Dulin devrait aujourd’hui être l’une des victimes de cette émulation mise en place par l’encadrement du XV de France, accélérée par l’excellente tournée en Australie.

En juillet, il était privé des finalistes du Top 14 (Toulousains et Rochelais) et de nombreux tauliers qui s’étaient servis de la coupure estivale pour se soigner. Autant dire qu’avec un groupe largement remanié, il faisait pâle figure face aux Wallabies sur le papier. Et pourtant… C’est là-bas, pour sa première virée dans l’hémisphère Sud sous l’ère Galthié, qu’il a encore grandi. Et toujours grossi surtout. Deux défaites in extremis et une première victoire en terres australiennes depuis 1990. Clairement, les objectifs furent plus que remplis et les bénéfices évidents. Sur le plan collectif évidemment, mais aussi individuel…

Jaminet, "l’ovni" qui a renversé la table

Là-bas, du côté de Brisbane et de Melbourne, plusieurs hommes ont marqué beaucoup de points aux yeux du staff, au point de renverser l’ordre établi. C’est le cas du talonneur castrais Gaëtan Barlot, actuel numéro trois à son poste devant Camille Chat ou Pierre Bourgarit, ou de l’ouvreur palois Antoine Hastoy qui devance désormais Louis Carbonel dans l’esprit du staff. Mais, si leur montée en puissance est indéniable, aucun des deux ne sera sur la feuille de match pour défier les Pumas, ce samedi au Stade de France. Au contraire de trois autres joueurs qui vont débuter cette tournée automnale comme titulaires et peuvent donc être légitimement considérés comme les grands gagnants de juillet : Anthony Jelonch, Cameron Woki et Melvyn Jaminet.

Les deux premiers étaient déjà dans les plans puisqu’avant l’Australie, ils comptaient respectivement six et cinq apparitions sous l’ère Galthié. Mais ils étaient derrière les Ollivon, Cros, Cretin ou Alldritt. Jelonch, dont la carrière a pris une nouvelle dimension depuis un an et qui a réussi son intégration au Stade toulousain, avait été nommé capitaine lors de la fameuse "tournée suicide", notamment pour ses qualités de combattant. Il fut exemplaire dans ce rôle, emmenant tous ses coéquipiers dans son sillage. Et sa forme actuelle a même poussé le sélectionneur à en faire son numéro 8 contre l’Argentine, reléguant le longtemps intouchable Grégory Alldritt - qui pâtit d’un début de saison mitigé avec La Rochelle - sur le banc. Il sera accompagné en troisième ligne du Bordelais Cameron Woki, aussi royal en Australie, hyperactif dans le jeu et si précieux dans les airs. S’il profite de la blessure de Charles Ollivon, il est aujourd’hui devant Dylan Cretin ou Sekou Macalou.

Enfin, reste le cas de Melvyn Jaminet, "l’ovni de 2021" puisque Galthié a lui-même reconnu qu’il y en avait eu un par an. Certes dominant à chaque sortie avec l’Usap en Pro D2, il était l’un des gros paris de l’été. Et il a carrément renversé la table. Époustouflant d’audace et de sérénité, il s’est même imposé buteur numéro un en cours de tournée, un statut qu’il devrait conserver samedi malgré les présences de Matthieu Jalibert et de Romain Ntamack dans le XV de départ. Lui aussi a poussé un autre Rochelais, Brice Dulin ou l’arroseur arrosé, hors du groupe. Et Galthié de prouver qu’il comptait s’appuyer sur l’aubaine d’un vivier insoupçonné voilà encore deux ans pour entretenir la concurrence dans son groupe. Puis pour s’offrir l’Argentine, la Géorgie et… les All Blacks.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?